Top 5 : L’Italie face à l’Espagne !

Par Boris Abbate publié le 31 Août 2017

 

5 ème : Italie-Espagne (1-0), 1er juin 1934

Pour sa deuxième édition, la Coupe du Monde 1934 se déroule sur le sol italien de Mussolini, dans un contexte politique très tendu avec la montée en flèche de l’extreme droite. La propagande fasciste est omniprésente et beaucoup de gestes violents sont commis sur le terrain. Alors quand l’Italie affronte l’Espagne en quarts de finales à Florence, on s’attend à tout sauf à un match sympa entre deux nations voisines. La rencontre est « ultraviolente », et l’Espagne, qui menait au score, se fait rattraper sur un but de Ferrari entaché d’une énorme faute sur le mythique gardien Zamora. 1 partout, puis prolongation, puis match rejoué le lendemain, et on change d’arbitre. Les fautes et les coups se multiplient, les blessés s’accumulent sur la touche, et c’est Meazza qui inscrit finalement le seul pion du match sur un corner italien. 1-0, fin du match, et la Nazionale passe au tour suivant.

4ème : Italie-Espagne (7-1), 4 juin 1928

Comme à Florence, il faudra deux matchs à la Nazionale pour se débarrasser d’une accrocheuse équipe espagnole. On est cette fois-ci à Amsterdam, pour les Jeux Olympiques 1928, et les Italiens sont les vainqueurs de la dernière édition. Après un match nul (1-1) disputé 3 jours plutôt, les deux équipes se retrouvent devant les 5000 personnes du stade olympique d’Amsterdam pour en découdre. Et la rencontre tourne rapidement en faveur des Italiens. En 20 minutes, l’Italie mène déjà par 3 buts grâce à Magnozzi, Schiavio et Baloncieri. La Roja sauve l’honneur entre temps, mais Bernardini, Rivolta et Levratto en rajoutent une couche et crucifient les espagnols. Score final, 7 buts à 1, la messe est dite et la Nazionale inflige une des plus lourdes défaites de l’histoire aux Espagnols !

3 ème : Espagne-Italie (0-1), 14 juin 1988

Cette fois-ci, la Squadra Azzurra rencontre son amie Espagnole lors d’une phase de poules d’un Euro, celui de 1988.  La Nazionale débute un nouveau cycle et Vicini lance quelques jeunes comme Maldini qui vont faire leurs débuts en sélection, tandis que le célèbre duo Mancini-Vialli s’occupe de l’animation offensive. L’Italie tombe dans une poule à priori compliquée avec le pays organisateur (la RFA), l’Espagne et le Danemark. Et après un premier match nul face à la RFA, les Italiens affrontent la Roja à Francfort. Le match est plutôt équilibré, et c’est finalement Vialli qui débloque les compteurs à quinze minutes du terme.

2 ème : Italie-Espagne (2-1), 9 juillet 1994

Retour aux sources en 1994. L’Italie a galèré comme jamais pour sortir de sa poule et pour venir à bout du Nigeria dans ce mondial américain, tandis que l’Espagne est en confiance et sort d’une grosse victoire 3-0 contre la Suisse au tour précédent. Le quart de finale se déroule à Boston, dans un stade quasiment plein, et Sacchi peut compter sur le retour de Pagliuca aux cages. Avant la demie-heure de jeu, Dino Baggio ouvre le score sur une frappe magnifique, mais la Roja va finalement revenir dans la partie avec un but dévié de Caminero. Le match est tendu, électrique, Pagliuca sort arrêts sur arrêts. Mais à la 88 ème minutes, Baggio part en contre, élimine Zubizaretta, envoie le ballon dans les filets et délivre tout un peuple !

1 er : Italie-Espagne (2-0), 27 Juin 2016

Corrigé par l’Espagne en finale de l’euro 2012 (défaite 4 à 0), la Nazionale pouvait prendre sa revanche dans ce huitième de finale de l’euro Français. La Roja est pourtant grande favorite de cette rencontre, et l’Italie est dépeinte comme la « pire sélection » de l’histoire italienne. Mais c’était sans compter sur le caractère et la détermination de Conte et ses hommes, qui vont tout simplement donnés une leçon tactique et d’engagement à une équipe d’Espagne bien trop fade. Après plusieurs occasions franches, Chiellini ouvre le score sur un coup franc mal renvoyé, et en fin de match, Pellé enterre les derniers espoirs espagnols avec un but en toute fin de match. Magique !

Boris Abbate

Rédacteur



Lire aussi