Top 5 : les joueurs nés à l’étranger qui ont joué pour l’Italie

Par Nicola Nicastro publié le 17 Nov 2020

Une Nazionale multi-ethnique. Beaucoup de footballeurs nés à l’étranger ont porté le maillot azzurro en passant par la voie de la naturalisation. Au 19 et 20ème siècle, environ trente millions d’Italiens ont quitté leur pays pour s’expatrier aux quatre coins du globe. En tant que fils ou petit fils d’immigré, il suffit de prouver que l’on est bien descendant d’expatriés italiens pour obtenir la citoyenneté italienne. Le classement de ce top 5 se base sur la qualité intrinsèque des footballeurs et ce qu’ils ont réalisé tout au long de leur carrière, et non pas seulement avec l’équipe nationale d’Italie.

5ème : Thiago Motta

Le Regista par excellence. La carrière de Motta est remplie de succès et son palmarès est colossal. En plus de ses nombreux titres de champion en Italie, en France et en Espagne, le milieu de terrain a également remporté la Champions League à deux reprises (avec l’Inter et le Barça) et une coupe du monde des clubs. Né au Brésil, il est naturalisé à 17 ans grâce aux origines italiennes de son père. Thiago Motta a totalisé 31 apparitions sous le maillot Azzurro entre 2011 et 2016. Les supporters de la Nazionale n’en gardent pas un souvenir extraordinaire. L’ancien numéro 10 de la sélection italienne a tout de même participé à l’Euro 2012. L’Italie s’était hissé jusqu’en finale, ensuite perdue face à l’Espagne (4-0).

4ème : Mauro Germán Camoranesi

Camoranesi est né en Argentine et passe les premières années de sa carrière en Amérique du Sud. Il rejoint l’Italie en 2000 en signant pour l’Hellas. Après deux bonnes saisons, il rallie la Juventus, club dans lequel il passe la plus grande partie de sa carrière, et y devient une légende. Lors de ses huit saisons chez les Bianconeri, le milieu droit remporte un Scudetto, deux Supercoppe et un championnat de Serie B. Naturalisé Italien (origines de son arrière grand-père) après avoir été ignoré par l’Albiceleste, Camoranesi atteint l’apogée de sa carrière en 2006 en remportant la Coupe du monde avec l’Italie.

3ème : José Altafini

Une véritable légende du championnat italien. Altafini est né au Brésil mais obtient la citoyenneté italienne grâce aux origines de ses parents. Entre 1958 et 1976, l’attaquant évolue dans trois clubs italiens différents : respectivement le Milan AC, le Napoli et la Juventus. Il remporte quatre championnats (deux au Milan et deux à la Juventus) et une ligue des champions, la première de l’histoire des Rossoneri. Altafini est, à l’heure actuelle, le quatrième meilleur buteur de l’histoire de la Serie A (216 buts). Il entre dans l’histoire du football en 1958. À l’âge de vingt ans, il remporte la première Coupe du monde de l’histoire du Brésil aux côtés de Pelé. A l’époque, les footballeurs pouvaient évoluer pour plusieurs sélections différentes au cours de leur carrière. C’est pour cette raison qu’Altafini a également porté le maillot italien. Il dispute la coupe du monde 1962 qui s’est avéré être un gros échec pour la Nazionale. Suite à ce fiasco, Altafini ne rejouera plus pour l’Italie.

2ème : Omar Sivori

Il occupe la 36ème position au classement des meilleurs joueurs du 20ème siècle selon l’IFFHS (International Federation of Football History & Statistics). Il a également remporté le ballon d’or 1961. La carrière de Sivori est remplie de succès, au niveau individuel et collectif. Après ses débuts à River Plate, il rejoint la Juventus où il remporte trois championnats italiens en huit saisons. L’attaquant signe ensuite au Napoli, club dans lequel il mettra un terme à sa carrière de footballeur. Né en Argentine mais d’origine italienne, il totalise 19 sélections avec l’Albiceleste avant de terminer sa carrière internationale avec la Squadra Azzurra lors de la coupe du monde 1962, après neuf sélections.

1er : Juan Alberto Schiaffino

El dios del fútbol. Son surnom en Uruguay. Là où il est considéré comme l’un des meilleurs joueurs de tous les temps. Il remporte avec son pays le mondial de 1950 face au Brésil, lors du dramatique « Maracanaço ». En club, après neuf ans à Peñarol et cinq titres de champion, il rejoint le Milan AC en 1954. En six saisons chez les rossoneri, il remporte trois scudetti avant de terminer sa carrière à la Roma en 1962. Milieu offensif en début de carrière, il redescend sur le terrain au fil du temps pour devenir un regista. Sa classe et sa technique font de lui un joueur de légende. Il est, pour beaucoup d’observateurs, l’un des meilleurs footballeurs sud-américain de l’histoire. Naturalisé lors de son arrivée à Milan, grâce aux origines italienne de son grand-père, son expérience avec la Nazionale n’a pas été un succès (quatre sélections et une non-qualification au mondial de 1958). Il reste néanmoins le joueur naturalisé italien, né à l’étranger, le plus talentueux de tous les temps.

Nicola Nicastro



Lire aussi