Top 5 : Les buts de Romelu Lukaku

Par Fabio Pendolino publié le 11 Mai 2020

Troisième meilleur buteur de Serie A avec 17 buts en 25 matchs, Romelu Lukaku a réussi sa première saison à l’Inter. En pointe de l’attaque avec Lautaro Martinez, le géant belge a su s’adapter au Calcio rapidement et a montré pourquoi Antonio Conte le voulait tant. Physique, vitesse et technique, retour sur les cinq buts les plus marquants de la saison de « Big Rom ».

5ème : Inter – Lecce (4-0)

26 aout dernier, les Nerazzurri accueillent au Meazza le promu Lecce pour leur premier match de la saison. Tous les regards sont tournés vers le nouveau Mister Antonio Conte, et la recrue phare de l’été, Romelu Lukaku (65 millions d’euros). « Il Gigante« , comme dirait Scarpini, marque la rencontre de son emprise physique et signe le but du 3-0 sur une reprise opportuniste. Des débuts idéaux qui auront très certainement alimenté les espoirs nerazzurri de Scudetto grâce au Conte-ball !

4ème : Milan AC – Inter (0-2)

4ème journée de Serie A, avec au programme le premier Derby de la saison. L’Inter domine dès le début du match mais échoue, sur le poteau d’abord (D’Ambrosio), sur hors-jeu ensuite (Lautaro). Il faudra attendre la deuxième mi-temps pour les buts : Brozovic ouvre le score d’un tir dévié par Leao, alors que Lukaku marque le but du 2-0. Barella reçoit le ballon aux abords de la surface avant d’adresser un centre millimétré pour l’attaquant belge. Romagnoli ne peut rien face à « Big Rom » qui semble avoir arrêté le temps quelques secondes, le temps de son saut. Il signe ainsi son troisième but en quatre matchs, l’Inter enchaîne avec une quatrième victoire de suite et retourne à la première place du classement.

3ème : Brescia – Inter (1-2)

Après un nul 2-2 à domicile contre Parma, l’Inter doit se refaire à l’extérieur contre Brescia, pour ne pas perdre de terrain sur la Juventus, première. Le duo d’attaquants nerazzurri fera le travail, Lautaro marquant le premier but pendant que Lukaku tient au marquage deux défenseurs. Le Belge doublera la mise en seconde mi-temps : sur une contre-attaque, il reçoit une passe de Gagliardini côté gauche à environ 35 mètres de la surface adverse. Il est plus rapide que Mangraviti, qui ne peut que le suivre jusqu’aux abords de la surface, avant qu’il ne déclenche une puissante frappe enroulée venant se loger dans les filets d’Alfonso. Le but contre son camp de Skriniar n’y changera rien, l’Inter empoche les trois points et solidifie sa place de dauphin devant l’Atalanta.

2ème : Napoli – Inter (1-3)

Pour le premier match de l’année civile, l’Inter se rend au San Paolo. Solide leader de Serie A, il ne faudra que 14 minutes à Lukaku pour ouvrir le score contre le Napoli, alors classé 8ème du championnat. Mario Rui passe en retrait vers Di Lorenzo qui glisse et laisse filer la balle. Lukaku ne s’en prive pas et se lance alors dans une folle course de 70 mètres avant de marquer d’une frappe similaire à celle du but contre Brescia. « He’s a beast at the best of times, but this season he’s become a monster« . Le gardien du soir, Meret, ne pourra qu’acquiescer : Lukaku marquera même un doublé, avec une frappe sèche mesurée à 111 km/h qui causera une blessure au poignet du portier napolitain.

1er : Inter – Milan (4-2)

Le Derby della Madonnina de cette 23ème journée de Serie A commence de la pire des manières pour les Nerazzurri qui ne proposent rien en première mi-temps et rentrent au vestiaire après avoir encaissé deux buts en six minutes. Lukaku expliquera plus tard que, pendant sa causerie, « Conte n’a pas crié. Il nous a dit où trouver les espaces, et nous l’avons fait. Ce discours a été celui qui m’a le plus inspiré de toute ma carrière« . L’Inter parvient en effet à retourner spectaculairement le match en marquant quatre buts. À la 93ème minute du match, Vecino semble essayer de garder la balle au poteau de corner adverse pour gagner du temps mais il parvient à passer la balle à Moses, qui centre pour Lukaku. Il trompe Donnarumma d’un coup de tête inspiré et sa célébration, devant 75.817 personnes présentes au stade, devient culte.

Fabio Pendolino

Rédacteur



Lire aussi