Top 5 : les ballons d’or italiens

Par François Lerose publié le 13 Sep 2018

5ème : Omar Sivori (1961)

Un peu controversé puisqu’il s’agit du seul « oriundo » (il a la double nationalité) à avoir obtenu la récompense individuelle ultime dans le football du haut niveau. Omar Sivori. En 1961, l’attaquant mythique de la Juventus est récompensé pour une saison incroyable, aidant son club à remporter son deuxième scudetto consécutif après celui de 1960. A l’époque, le ballon d’or récompense le meilleur joueur européen et Sivori, malgré son attache forte à l’Argentine, marquera d’une pierre blanche ce trophée, obtenu pour la première fois par un joueur italien et de Serie A. Il devancera au classement un autre joueur de Serie A : Luis Suarez de l’Inter. Sivori restera dans les mémoires du Calcio, notamment par son association avec Charles et Boniperti, le trio magique d’une Juventus incroyable dans les années 50-60.

4ème : Giovanni Rivera (1969)

Un talent incroyable, un milieu aux pieds magiques et un homme qui a tout gagné sur la scène européenne avec son Milan AC. Voici comment caractériser Gianni Rivera lors de la remise de son ballon d’or en 1969. Le joueur qui a fait ses débuts à 15 ans dans le grand bain avec Alessandria passera un véritable cap avec le Milan AC. Un trophée en or pour le « Golden boy » du Calcio, un parallèle bien trouvé. Son sacre individuel repose également sur la force d’un collectif rodé, aboutissant à une victoire en C1 face à l’Ajax.

3ème : Paolo Rossi (1982)

Des histoires incroyables dans le foot il y en a mais celle de Paolo Rossi reste unique pour tout tifoso de la Squadra Azzurra. Tout simplement parce que l’équipe de Bearzot n’avait pour personne, les armes pour s’imposer en Espagne. La phase de groupe est douloureuse jusqu’à cet Italie-Brésil (3-2) et au miracle Paolo Rossi, lui qui était suspendu dans l’affaire du Totonero, celui dont toute l’Italie s’était prise d’abord d’affection, de par son statut de « victime exemplaire » de la justice italienne, avant de l’affubler de tous les sobriquets possibles lors des poules. Mais ça c’était avant son triplé face au grand Brésil … Il marquera 6 buts au total finissant meilleur joueur de la compétition et meilleur buteur. Le ballon d’or est l’apothéose d’une période incroyable.

2ème : Roberto Baggio (1993)

Ceux qui ont vu jouer Roberto Baggio le savent bien, ce joueur avait quelque chose de différent des autres. Il avait le bagage le plus complet que pouvait avoir un numéro 10 dans l’âge d’or du football italien. Si beaucoup ne se souviennent que du terrible tir au but de 94, Robby a marqué toute une génération de tifosi, peu importe le club où il évoluait. Passé par la Fiorentina, ou encore le Milan AC, l’Inter et la Juventus, c’est avec le maillot de cette dernière qu’il soulèvera le ballon d’or. Un joueur unique, que personne n’oublie encore aujourd’hui et qui a inspiré beaucoup de joueurs dans son sillage. Plus qu’un footballeur, un emblème national.

1er : Fabio Cannavaro (2006)

Il est le dernier joueur à avoir eu la récompense ultime, battant Ronaldinho et Zidane. Alors que beaucoup se sont indignés contre son trophée, Fabio Cannavaro sort d’une année 2006 compliquée entre la rétrogradation de la Juventus dans l’affaire du Calciopoli et son transfert difficile au Real Madrid. Cependant, dans ce marasme, la bouffée d’oxygène se trouve du côté de l’Allemagne et de Berlin. Cannavaro mène les siens au cours d’une Coupe du Monde où l’Italie n’encaissera que deux buts et triomphera de la France aux tirs au but. Tout le monde se souvient de son intervention face à l’Allemagne et des commentaires de Caressa qui précèdent le but de Del Piero pour le 2-0. Cannavaro, capitaine d’une sélection qui n’atteindra plus jamais ce niveau, est également le dernier italien à avoir obtenu le trophée ultime, le ballon d’or.

 

François Lerose

Rédacteur en Chef



Lire aussi