Top 5 : les enjeux de la 33ème journée

Par Christophe Malcangi publié le 16 Avr 2016

Serie A

5ème : Mais qui est à la tête de Palerme ?

Mauro Zamparini poursuit la valse des entraineurs et rappelle Ballardini en successeur du malheureux Novellino. Résultat, Palerme se confronte à la Juventus avec sa panoplie d’incertitudes, tandis que le grand méchant loup turinois s’apprête à manger tout cru notre malheureux petit cochon afin de se rapprocher davantage d’une nouvelle consécration. Ainsi, on ne donne pas cher de la peau des siciliens qui restent sur un nul et quatre défaites, un désastre.

4ème : Brocchi va devoir s’illustrer

Silvio Berlusconi fait également parler de lui à la suite du licenciement controversé de Sinisa Mihajlovic à six journées du terme des hostilités. Résultat, c’est Brocchi qui assure la relève avant un déplacement délicat chez la Sampdoria de Quagliarella, Sassuolo n’est par ailleurs plus qu’à un point de ce trop confortable 6ème fauteuil et la pression est déjà sur les épaules de l’ancienne doublure de Gennaro Gattuso. Qu’il fasse alors attention notre Brocchi, ces dirigeants sont particulièrement abrupts et sourcilleux.

3ème : Paulo Sousa doit rétablir la confiance

En recevant Sassuolo, la Fiorentina du technicien portugais a tout intérêt à retrouver de l’allant avant que l’Inter n’en profite pour de bon. Cela fait bien en effet six rencontres que sa formation ne s’impose plus tandis que le jeune effectif d’Eusebio Di Francesco se maintient sur une série tout à fait correcte et peut espérer retourner l’Artemio Franchi ce week-end. On attend toujours de retrouver une Viola plus conquérante et surtout plus sûre d’elle avant qu’elle ne se résigne définitivement à cette décevante 5ème place. Car on sait qu’elle peut mieux faire.

2ème : Delneri peut encore y croire

L’Hellas Verona n’est en effet plus qu’à six points de son objectif impensable avant de recevoir le 19ème, Frosinone, qui cravache toujours dans la lutte pour le maintien. Cette confrontation est évidemment considérée comme une finale puisque rien n’est d’abord mathématiquement plié pour les coéquipiers de Luca Toni qui doivent à tout prix faire vaciller leur rival. Toutefois, Carpi recevra le Genoa dans le même temps, rien d’insurmontable pour la formation de Fabrizio Castori qui compte bien porter un coup à ses concurrents directs.

1er : Mancini va espérer un rebond

Bien que la tâche s’annonce tortueuse, Roberto Mancini peut encore s’aventurer vers une chasse au podium (la Roma peut encore s’emmêler les pinceaux à Bergame) mais tout dépendra de ce duel phare du week-end face au Napoli, un défi qui reste « abordable » pour l’une des meilleures défenses de la botte malgré tout. Le Scudetto semble en revanche tourner les talons des éléments de Maurizio Sarri qui doivent compter sur les improbables faux pas de la Juventus et qui doivent composer une nouvelle fois sans Gonzalo Higuain, une perte considérable à l’approche d’un choc de qualité de cette fin de saison. Mais qui sait si Gabbiadini ne va pas prendre le jeu à son avantage, par exemple ?

Christophe Malcangi

Rédacteur référent pôle news



Lire aussi