Top 5 : les enjeux de la 26ème journée

Par Nicolas Portais publié le 19 Fév 2016

Serie A

5ème : Le jour le plus long

Cette 26ème journée de championnat va donc s’étaler sur non pas deux, ni trois, mais bien quatre jours. Histoire de ménager ses forces en vue de son match de Champions League le mardi 23, la Juventus ouvrira ainsi le bal dès vendredi sur la pelouse de Bologna. Quid des autres européens ? Il faudra patienter jusqu’au dimanche pour observer la Fiorentina, la Lazio et l’AS Roma, et jusqu’au lundi soir pour le Napoli. Voilà quatre jours et donc quatre excuses pour se légumer dans son canap’. C’est toujours sympa (si si…), mais si le leader turinois s’impose en levée de rideau, ça risque d’être un peu léger question suspens.

4ème : La Juve essuie les plâtres

Bologna-Juventus, ou un match pas si évident à négocier pour les bianconeri. L’air de rien, les hommes de Donadoni ne sont qu’à 3 unités du Top 7 au classement. Allegri, lui, doit jongler entre la nécessité d’économiser ses cadres pour le match face au Bayern en début de semaine prochaine, et les blessures qui sont venues amoindrir les rangs de la Juve (Chiellini, Mandzukic, Alex Sandro…). Nul doute par ailleurs que les locaux, dotés d’une défense solide, tenteront de jouer crânement leur chance, Mattia Destro (3 buts cette année) en tête.

3ème : Chievo-Hellas, #sexydemain ?

En ces temps de vache maigre, l’Hellas, peine toujours autant malgré quelques signes d’orgueil début 2016. Le Chievo est quant à lui sur une dynamique un tantinet plus positive (pas très compliqué en même temps) avec 2 matchs consécutifs sans défaite, et peut espérer enfoncer un peu son voisin et rival au classement. L’opération pourrait d’ailleurs s’avérer juteuse si Bologna devait plier sous les assauts de la Juventus vendredi, puisque les deux belles surprises du moment sont au coude à coude au classement (2 points d’écart). Un derby pas glam’ pour un sou diront certains, mais surtout relativement neuf avec seulement 7 affrontements dans l’enceinte du Bentegodi, pour un bilan relativement équilibré (le Chievo menant de 3 victoires à 2, pour 2 scores de parité).

2ème : Inter-Sampdoria, pour ne pas sombrer

De mèche sur le marché des transferts (cf les mouvements d’Eder et de Ranocchia), l’Inter et la Samp’ sont également solidaires dans la déprime. Les nerazzurri ont toujours le compteur bloqué à 2 victoires en championnat depuis le début de l’année, quand l’adversaire du week-end n’a plus été victorieux depuis son derby du 5 janvier dernier. Ça sent de plus en plus le brûlé à Gênes avec une inquiétante 17ème place. L’Inter risque dans le même temps de se faire dépasser par le Milan AC en cas de loupé. Du coup on le joue ce match, ou bien on passe la soirée à se raconter nos problèmes autour d’une bouteille ?

1er : Napoli-Milan AC, Crossroads

À la croisée des chemins : après une courte défaite face à la Juve samedi dernier, il s’agit de voir désormais si l’équipe du président De Laurentiis a les ressources suffisantes pour repartir immédiatement de l’avant (gageons que oui), et défier un Milan AC dans de bonnes dispositions. Après 7 matchs sans défaite, les rossoneri semblent être armés pour faire face à la situation. Quoi de mieux d’ailleurs que ce type de confrontation (LE choc de cette 26ème journée sans nul doute) pour se situer quant aux objectifs de cette deuxième partie de saison. Le facteur condition physique devrait lui être à l’avantage du Milan, privé comme on le sait de Coupe d’Europe.

Nicolas Portais

Rédacteur Juventus



Lire aussi