TOP 5 des confrontations entre l’Italie et la Suède

Par Sebastien Sorrentino publié le 09 Nov 2017

 5ème (WC1950): Un très long voyage…

La Nazionale est la tenante du titre (victoire lors de la dernière édition d’avant-guerre) et fait donc partie des favoris en compagnie des sélections du continent Sud-Américain. Les Azzurri sont dans une poule de 3 avec la Suède et le Paraguay et seule la première place permet de rejoindre le second tour du tournoi. Rejoindre l’Amérique du Sud est une épreuve à part entière dans la compétition pour les équipes européennes et dès son premier match face aux Suédois, la Nazionale montre ses limites physiques face aux ‎Blågult (« Les Bleus-Jaunes »). Riccardo Carapellese ouvre la marque, mais la Suède égalise par Jeppson auteur d’un doublé), et Andersson fait le break. A la 75eme minute, Muccinelli permet à l’Italie de revenir dans la rencontre mais le score n’évoluera plus (3-2). Malgré une victoire face au Paraguay dans son second et dernier match, l’Italie sera éliminée après le match nul entre les suédois et les paraguayens.

4ème (WC1970): Le catenaccio défie le roi Pelé

L’Italie est championne d’Europe en titre et part donc comme l’une des équipes favorites de cette coupe du monde. A l’Estadio Luis Dosal, à Toluca, la Nazionale affronte la Suède pour son entrée dans la compétition. A l’instar des autres sélections européennes, l’équipe de Ferruccio Valcareggi souffre physiquement avec des rencontres disputées à plus de 2000 mètres d’altitude. La compétition débute par une courte victoire 1-0 grâce à un but de Domenghini (Cagliari) en début de match, bien aidé par une bourde du gardien suédois. L’Italie atteindra la finale mais devra finalement s’incliner face au mythique Brésil de Pelé.

 

3ème (Qualif. Euro 1988): Lucagoal Vialli à la baguette

Le San Paolo de Naples accueille l’avant dernier match de qualification de la Nazionale pour l’Euro 1988. L’Italie, la Suède et le Portugal sont au coude à coude pour la qualification. Il s’agit donc d’une rencontre décisive. Vialli marquera le match de son empreinte grâce à un double. A la 27è minute, l’attaquant de la Samp accélère et dépose son vis-à-vis suédois avant de déclencher une frappe croisée limpide dans un angle fermé à l’entrée de la surface. Peu avant la mi-temps, c est Peter Larsson qui égalise après une remise en retrait plein axe de son coéquipier. Dès l’entame de la seconde période, Vialli donnera un avantage définitif aux siens en plongeant au second poteau sur un lointain coup franc tiré du côté opposé. Pour son dernier match des qualifications, la Nazionale écrasera le Portugal 3 à 0 et empochera son billet pour la phase finale de l’Euro 88.

2ème (EURO 2000): La Nazionale B assure l’essentiel…

La Suède n’a réussi qu’à prendre un point jusqu’ici et se doit de l’emporter tandis que l’Italie est déjà qualifiée après ses victoires face à la Turquie et la Belgique. Dino Zoff fait donc tourner son équipe et garde en ligne de mire la première place du groupe. Les Suédois démarrent fort et se créés de nombreuses occasions de buts, mais à la 38e minute, les espoirs suédois sont anéantis par Luigi Di Biagio qui ouvre le score d’une tête imparable sur un corner de Del Piero. Les Suédois sont néanmoins récompensés de tous leurs efforts à la 75e minute, avec le but de Larsson qui drible Toldo pour égaliser. Mais les jaunes et bleus ne peuvent se contenter d’un score de parité et vont logiquement se découvrir et laisser des espaces à la Nazionale qui performe dans le jeu de contre. Del Piero s’immisce entre deux défenseurs et déclenche une frappe qui file dans la lucarne. Carton plein pour l’Italie avec 3 victoires en autant de rencontres.

1er (EURO 2004): Biscotto nordique

La Nazionale domine ce début de match qu’elle se doit de gagner afin d’éviter une mauvaise surprise après la dernière journée des matchs de poules. A la 37e minute, Christian Panucci déboule sur le côté droit et adresse un centre aérien pour la tête de Cassano pour l’ouverture du score. Jusqu’ici les suédois sont plutôt timides et Ibrahimovich invisible. Vieri et Del Piero auront de nombreuses occasions de mettre l’Italie en sécurité mais manqueront de réalisme. Henrik Larsson est le plus remuant coté suédois et l’équipe scandinave fini fort, mettant la Nazionale sous pression. Nous jouons la 85e minutes et la sélection de Trapattoni continue de subir les assauts suédois. A la suite d’un corner mal dégagé par la défense, Ibrahimovic surgit et réalise une aile de pigeon que Vieri, en position de défenseur, ne peut dégager sur sa ligne. Le score n’évoluera plus et complique sérieusement les affaires italiennes. La Nazionale qui a déjà concédé un match nul et vierge face aux Danois doit non seulement vaincre la Bulgarie lors du dernier match mais aussi espérer que le derby nordique entre Suédois et Danois ne se termine pas par un 2-2 (tout autre score qu’un nul supérieur à 1-1 éliminerait l’Italie. Ainsi naitra la légende du Biscotto viking et le début d’un ressentiment qui marquera chacune des oppositions entre Blågult et Azzurri.

https://youtu.be/kwdGw2Zu_jo

Sebastien Sorrentino



Lire aussi