TOP 5 : Ces Sardes prophètes en leur pays à Cagliari

Par Sébastien Madau publié le 02 Sep 2018

La poursuite de l’aventure de Nicolò Barella à Cagliari sous les couleurs de son club formateur a valeur d’exemple. Le jeune sarde a les cartes en mains pour devenir le symbole de tout un club. Si le scénario semble logique, rares sont en fait les joueurs originaires de Sardaigne à être devenus des porte-drapeaux de leur club et de toute une région. Andrea Cossu, qui a raccroché les crampons il y a quelques semaines, avait réussi cette tâche. Il s’ajoute à notre TOP 5 de joueurs de l’histoire de Cagliari.

5ème : PIETRO PAOLO VIRDIS (1974-1977 et 1980-1981)

Pietro Paolo Virdis (1957) est l’un des symboles de cette jeunesse sarde à avoir dû assumer dans les années 1970 le lourd héritage de la génération du Scudetto, surtout quand on est attaquant et que Gigi Riva reste dans les mémoires de tous. Pietro Paolo Virdis a séduit les tifosi par ses buts et ses régulières déclarations d’amour pour le maillot rossoblù. L’île devenant trop petite pour lui, il a connu quelques difficultés à la Juventus (malgré deux Scudetti et une Coupe d’Italie) avant de faire partie du début de l’ère Berlusconi au Milan. Assez pour remporter un titre de capocannoniere en 1987 (17 buts), un autre Scudetto (1988), une Supercoupe d’Italie (1988) et la Coupe des champions (1989).

Bilan avec Cagliari : 110 matchs et 30 buts.

4ème : GIANFRANCO MATTEOLI (1990-1994)

C’est sur la fin de sa carrière, à 31 ans, que le milieu de l’Inter Gianfranco Matteoli (1959) choisit d’enfin signer à Cagliari, à peine promu en Serie A en 1990. De par son expérience, cet originaire de Nuoro deviendra un joueur cadre de l’équipe aux côtés notamment d’Enzo Francescoli. Il sera un des fers de lance de l’épopée sarde en Coupe de l’UEFA en 1994 qui verra Cagliari n’être battu qu’en demi-finale par l’Inter. Après sa carrière de joueur, Gianfranco Matteoli a été durant plusieurs années dirigeant du Cagliari calcio, notamment du côté de son centre de formation. Gianfranco Matteoli compte 6 sélections en Nazionale.

Bilan avec Cagliari: 146 matchs et 7 buts

3ème : MARIO TIDDIA (1958-1968)

Pas nécessairement le plus connu des joueurs sardes en dehors de l’île. Mais à coup sûr l’un des plus appréciés par les supporters cagliaritains. Mario Tiddia (1936-2009) a la particularité d’avoir évolué avec Cagliari en Serie C, puis d’avoir été de la première montée en Serie A en 1964. Malheureusement, il mis fin à sa carrière en 1968 et ne put donc pas être de l’aventure du titre de 1970. Dans les années 1970, il endossera le costume d’entraîneur de son équipe de coeur, obtenant des résultats significatifs -et notamment une promotion en Serie A- dans une période difficile après le contre-coup du Scudetto. Il est à l’origine du lancement de bon nombre de jeunes joueurs sardes.

Bilan avec Cagliari: 201 matchs, aucun but.

2ème : GIANFRANCO ZOLA (2003-2005)

Gianfranco Zola (1966) est sans aucun doute le plus grand (par le talent!) joueur sarde de l’histoire. Pour autant, c’est seulement à 37 ans qu’il rejoignit Cagliari en provenance de Chelsea avec un seul objectif en tête: faire remonter le club en Serie A. Ses 13 buts dans la série cadette seront décisifs pour remplir la mission. En guise de fin de carrière, il se paiera une dernière saison en Serie A, inscrivant encore 9 buts et montrant toute l’étendue de son talent. Seule ombre au tableau, une expérience difficile sur le banc de Cagliari en 2014-2015 avec 10 matchs et un limogeage au compteur. Gianfranco Zola, qui débuta sa carrière en Serie A à Naples avec Diego Maradona compte 35 sélections (10 buts) en Nazionale avec qui il a été vice-champion du monde en 1994.

Bilan avec Cagliari: 81 matchs et 27 buts.

1er : LUIGI PIRAS (1973-1987)

L’homme d’un seul club. S’il n’est pas le joueur comptant le plus de présences sous les couleurs de Cagliari (le record est détenu par Daniele Conti et ses 464 matchs), Gigi Piras (1954) est tout de même le meilleur buteur sarde de l’histoire du club (le recordman absolu étant Gigi Riva et ses 164 buts). En 14 saisons, cet attaquant a tout connu. Les descentes, les remontées, les joies et les peines dans une île qui, à l’époque de ses débuts, se sentait orpheline de la génération Riva, qui avait remporté le Scudetto historique. A la fin de sa carrière, Luigi Piras est plutôt resté discret, comme il l’était sur le terrain. Mais tout aussi attaché aux couleurs rouge et bleu. Il jouit d’une très grande popularité sur l’île. Jusqu’à en devenir l’un des porte-drapeaux sportifs les plus emblématiques.

Bilan avec Cagliari: 320 matchs et 87 buts.

Sébastien Madau



Lire aussi