TOP 40 : Ils ont marqué la saison 2017/2018 de Serie A (du 25ème au 21ème)

Par François Lerose publié le 01 Août 2018

25ème : La cigarette de Sarri, c’est primordial

En Italie, il y a des traditions avec lesquelles on ne joue pas. Et la cigarette de Sarri dans le vestiaire, c’est important. A Leipzig en Europa League, le coach du Napoli demande à ce qu’un mur soit construit pour qu’il puisse fumer dans le vestiaire. Les Allemands beaux joueurs acceptent de faire les travaux mais ce sont bien les Partenopei qui assureront le paiement de la réalisation des travaux. Sympas mais pas trop quand même.

24ème : Insigne et Chiellini, le clash interposé

La fin de championnat approche, fin avril, Juventus et Napoli s’affrontent dans un match décisif pour le Scudetto. Le Napoli l’emporte en fin de match grâce à un but rageur de Koulibaly de la tête dans les dernières minutes. Le Napoli revient à -1 de la Vieille Dame et tous les espoirs sont permis. A la fin du match, un journaliste de Sky Sports intérroge Insigne : « Ils devaient jouer le match comme une finale de Champions League et ils l’ont perdu ? » ce à quoi le petit ailier moqueur répond : « Comme d’habitude ». La réponse ne se fit pas attendre puisque Chiellini lors du sacre de la Juve répondra : « Nous les finales nous les perdons mais nous les jouons, pas comme d’autres qui décident de sortir en 16ème. Ils ont parlé trop tôt maintenant il faut s’excuser. »

23ème : De Vrij, le transfert polémique

La Lazio et l’Inter sont au coude à coude pour une qualification en Champions League et voilà qu’un transfert vient perturber tout le monde. De Vrij, en fin de contrat avec le club de la capitale décide de rejoindre l’Inter la saison prochaine. Tout est bouclé, le contrat est déposé, mais vient le temps du match décisif pour la C1. Lazio-Inter. La Lazio dénonce alors des tentatives de déstabilisation de l’Inter qui aurait déposé le contrat du joueur néerlandais une semaine avant le match (ce qui a depuis été démenti, le contrat ayant été déposé un mois avant). Les tifosi réclament De Vrij sur le banc mais la Lazio l’oblige à jouer. Le joueur révélera ces détails plus tard. Titulaire dans La Défense à trois d’Inzaghi, il réalise un bon match, avant de craquer sous la pression. La Lazio mène 2-1 dans le dernier quart d’heure. Strakosha loupe son dégagement, la balle arrive dans les pieds d’Eder qui le joue en profondeur pour Icardi. Le joueur argentin d’un magnifique contrôle efface De Vrij qui se jette et qui fauche l’argentin. Penalty et 2-2 pour l’Inter. Premier coup du sort. Le deuxième arrivera à la 81ème : corner de Brozovic, Vecino saute et marque, De Vrij loupe son marquage, 3-2 pour l’Inter, le joueur est en larmes sur le banc après sa sortie pour Nani. Il payera le repas à toute l’équipe pour son départ. Triste histoire.

22ème : Verdi des deux pieds

Marquer un coup franc, c’est déjà un geste technique superbe. En marquer deux dans le match, c’est juste magnifique. Alors en marquer deux, des deux pieds ? C’est juste incroyable. Et c’est ce que Simone Verdi a réussi à faire contre Crotone, rejoignant Recoba ou Mihajlovic dans le club de ceux ayant marqué deux coups francs dans un match. Mais des deux pieds … La performance est unique, belle et sans précédent mais il manquera la victoire au bout pour que le tout soit parfait. A déguster sans modération ceci dit.

21ème : Pordenone, le cadeau de Noël

Hors Serie A, la Coppa Italia ennuie en général les tifosi qui n’ont que peu d’intérêt à suivre la compétition. Pourtant, avec Pordenone, tout change. Le club a un community manager de génie qui enflamme la toile et Twitter avec ses infographies détonnantes. Le petit club qui s’affiche partout avec la Beneamata comme étant aussi un club qui n’a « jamais été en B » fait rire, sourire et la belle histoire peut continuer. Le match à San Siro face à l’Inter reste un moment inoubliable. Les petits de Lega Calcio tiennent en échec les nerazzurri 0-0 jusqu’aux tirs aux buts. L’Inter s’imposera mais commencera à douter. S’ensuivra 8 matchs sans victoire pour les nerazzurri en championnat. Le petit poucet aura réussi son coup.

François Lerose

Rédacteur en Chef



Lire aussi