Theo Hernandez, le TGV du Milan AC

Par Matthieu Pianezze publié le 27 Sep 2020

Un peu plus d’un an après son arrivée au Milan AC, Theo Hernandez s’est imposé comme un joueur incontournable aux yeux de Stefano Pioli. Dévastateur dans son couloir gauche, il s’attire les louanges des observateurs et des tifosi rossoneri qui raffolent de ses percées balle aux pieds. L’occasion pour Calciomio de disséquer le jeu du latéral gauche français.

Le dynamiteur du flan gauche

A 22 ans et après avoir prouvé une saison à Alavés ce qu’il avait dans le moteur sans confirmer derrière au Real Madrid, Hernandez a démontré en Lombardie avoir retrouvé un niveau de jeu particulièrement élevé. Depuis l’arrivée de Pioli, il fait partie des incontournables qui débutent tous les matchs sauf suspension ou blessure. Le français compte déjà une quarantaine de rencontres à son compteur. Impressionnant physiquement, il a surpris le monde de la Serie A par sa capacité à enchaîner les courses à très haute intensité dans son couloir, en agrémentant cela d’une véritable efficacité offensive.

En effet, le natif de Marseille chiffre depuis ses débuts à Milan 6 buts et 6 passes décisives ce qui est considérable pour un latéral. Son pied gauche est précis et puissant ce qui lui permet d’adresser des centres de qualité et des frappes d’une grande pureté. Le plus impressionnant, reste néanmoins ses rushs qui sont parfois lancé depuis son camp, et qui se termine dans la surface adverse sans que ses adversaires ne puissent le stopper. Sa condition physique est également bluffante puisqu’il est capable de produire ses fameux rushs très souvent en toute fin de match. A l’instar de son frère Lucas, il est rude dans les duels et son mètre 84 lui permet d’être également intéressant dans le domaine aérien. Il a écrasé la concurrence de Diego Laxalt la saison passée et semble plus que jamais décidé à réussir une grosse saison.

Epanoui à Milan, il lui reste à travailler sa phase défensive

Le Français, heureux en rouge et noir, aime rappeler qu’il est venu à Milan suite à sa rencontre à l’été 2019 sur les plages d’Ibiza avec son idole Paolo Maldini : « Je savais déjà que Paolo était une légende avant d’arriver ici. Il me donne de très précieux conseils afin que je devienne encore plus performant comme arrière gauche. C’est assez dingue de recevoir des critiques de la part d’une telle icône ». Bien dans ses baskets, Hernandez reste néanmoins un jeune joueur qui montre encore quelques lacunes notamment dans la phase défensive.

Stefano Pioli l’a souvent repris en conférence de presse pour rappeler que Theo est parfois trop large dans ses marquages. En effet, il arrive encore fréquemment que le latéral gauche soit une peu trop aspiré vers l’avant et délaisse les joueurs dans sa zone. Si il veut pouvoir progresser et pourquoi pas rejoindre un jour son frère en équipe de France, il apparait capital qu’il monte en régime dans ce domaine. Son début de saison est bon et sa prestation face à Bologna le week-end dernier a montré qu’il n’avait rien perdu de ses qualités. Hernandez à Milan c’est une histoire qui marche et à bientôt 23 ans, le gaucher a tout l’avenir devant lui pour devenir une référence mondiale à son poste.

Matthieu Pianezze

Rédacteur



Lire aussi