Strinic, la bonne pioche du Milan AC ?

Par Jérémie Panizzoli publié le 26 Juin 2018
Crédits

Arrivé en Serie A au Napoli lors du mercato d’hiver 2015, le Croate va mettre du temps pour s’imposer malgré une réputation flatteuse notamment du coté de l’Hajduk Split et du Dniepro, il disputera toutefois 9 matchs lors de la fin de saison. Passeur décisif à deux reprises, il pense que la saison suivante sera la bonne. Mais avec Sarri sur le banc, le natif de Split ronge son frein le plus souvent sur le banc voire en tribunes. Titulaires à seulement 12 reprises, il comprend très vite que le titulaire du poste : Faouzi Ghoulam est indéboulonnable et que s’il veut jouer avec continuité et ainsi garder une place de titulaire en sélection, il lui faut partir. C’est à ce moment là que la Sampdoria débarque pour lui permettre de se relancer et surtout de retrouver du temps de jeu.

La parenthèse Sampdoria

Séduit par le discours du coach en poste, Marco Giampaolo, Strinic débute quelques jours après avoir signé chez les Blucerchiati. Passeur décisif pour son premier match face au Torino, il pense que l’histoire lui sourit enfin. Aligné à 9 reprises sur les 14 premiers matchs, le Croate participe activement au bon début de saison de la Sampdoria. Disponible dans son couloir, il offre un profil différent de Murru plus explosif mais moins sur défensivement. Toutefois, Strinic va finir par perdre son poste de titulaire au début de l’année 2018. Mal remis d’une blessure à la cheville, il bascule définitivement sur le banc après le match face à l’AS Roma conclu sur un nul 1-1. Devenu indésirable après son refus de vouloir prolonger avec la Samp, il finit la saison en roue libre avec au final seulement 17 matchs disputés dont seulement 5 en 2018.

Un autre statut en sélection

International depuis 2010, Strinic va disputer l’Euro 2012 et 2016 avec sa sélection. Absent du Mondial 2014 pour blessure, il totalise déjà 45 sélections pour 3 buts inscrits et 4 assists. Sans être transcendant et remarquable, le latéral gauche fait le boulot sobrement. Auteur d’un début de Coupe du Monde 2018 remarquable grace à deux matchs XXL face au Nigéria et à l’Argentine, il figure pour le moment parmi les meilleurs latéraux de la compétition. Qualifié pour les 8èmes de finale, Strinic peut légitimement ambitionner de terminer parmi les révélations du tournoi. A 30 ans…

Quelle place dans ce Milan AC ?

A l’heure d’écrire ces lignes, les Rossoneri comptent encore dans leur effectif, deux latéraux gauche. Ricardo Rodriguez et Luca Antonelli. Si le dernier devrait partir d’ici le début de saison prochaine, le cas du Suisse est bien différent. Acheté plus de 15 millions l’an dernier, l’ex joueur de Wolfsburg n’a pas été mis sur la liste des transferts et il fait partie des hommes de base du coach en place, Gennaro Gattuso. Dans cette optique, Ivan Strinic vient pour quelle raison ? Car il est libre et qu’il peut perpétuer la tradition récente du Milan AC de recruter des paramètres zéro ? Ou qu’il semble être une alternative crédible à Ricardo Rodriguez en cas de blessure ou suspension ? Difficile d’en savoir davantage lorsque l’on sait que la priorité actuelle du club est de sauver sa peau devant l’UEFA et pas d’épiloguer sur l’arrivée d’un latéral remplaçant. En attendant, Strinic poursuit son été radieux avec qui sait un bonheur à la clé…

 



Avatar

Jérémie Panizzoli

Rédacteur référent pôle events & live



Derniers articles