Stefano Pioli, l’éphémère

Par Julien Camarda publié le 24 Mar 2020

Récemment promu à la tête du board milanais, Paolo Maldini et Zvonimir Boban font tout leur possible pour redonner au Milan AC son lustre d’antan. Les deux légendes rossonere, respectivement Directeur Technique et Directeur Général du Football, misent en début de saison sur Marco Giampaolo pour remplacer Gennaro Gattuso. Echec cuisant, puisque l’ancien de la Sampdoria est remplacé par Stefano Pioli dès le mois d’octobre 2019.

Un contexte difficile

Le Milan AC depuis Allegri peine à trouver chaussure à son pied. Si les entraineurs se sont succédés, la stabilité n’a jamais été trouvée et après plusieurs saisons intéressantes dans l’élite italienne à Empoli et à la Sampdoria, Marco Giampaolo est propulsé sur le banc. Il débute par une défaite face à l’Udinese (1-0). Sur les cinq journées suivantes, il n’engrangera que 6 points avec de très courtes victoires face à Brescia (1-0) et à Vérone face à l’Hellas (0-1). Les autres rencontres face à l’Inter (0-2) et la Fiorentina (1-3) puis contre le Torino (2-1) sont synonymes de défaites. Une situation alarmante pour le club lombard. Ainsi, il devient le deuxième entraîneur à perdre 4 des 6 premiers matchs à la tête du Milan AC après Italo Galbiati en 1982. Après une pénible victoire face au Genoa (1-2), Giampaolo est limogé. Son 4-3-1-2 n’aura même pas tenu jusqu’à Noël. Début octobre, deux mois seulement après son arrivée, il est renvoyé et est remplacé par Stefano Pioli.

Il Piolismo

Début octobre, les contacts avec Pioli se concrétisent et ce dernier accepte la proposition des Rossoneri. A son arrivée, il reprend le 4-3-3 de ses prédécesseurs. Après des matchs intéressants face à la Juventus (1-0), au Napoli (1-1) ou encore à Bologna (2-3), le technicien transalpin décide de revoir sa copie. Avec l’arrivée d’Ibrahimovic et les départs de Piatek et Suso au mercato hivernal, il tente tout d’abord un 4-4-2 à Cagliari (0-2) avant de passer sur un 4-4-1-1 face à l’Inter. Malgré la défaite (4-2), Pioli avait bien préparé la rencontre. Positionné en électron libre, derrière Ibrahimovic, Calhanoglu était très présent offensivement. En phase défensive, il a su neutraliser Brozovic jusqu’à la pause. Au retour des vestiaires, le Milan AC s’est écroulé (4-2), l’équipe a fait une bonne entame mais n’a pas su tenir la distance.

En adaptant parfaitement le module de jeu à ses interprètes, il a redonné sécurité et personnalité à Hakan Calhanoglu, l’efficacité à Ante Rebic, les clés de l’entre-jeu à Ismael Bennacer et la continuité qui manquait à Samu Castillejo. Le tout rendant l’équipe compacte et capable d’avoir son mot à dire, même face aux adversaires les plus prestigieux. En difficulté en début de saison, le numéro 7 milanais s’est exprimé aux micros de Sky Sports : « Pioli est un grand entraîneur, j’espère qu’il restera aussi l’année prochaine. ». Sérieux et dévoué, le coach italien donne vie au Piolismo. Seul hic, il a dû mal à s’installer durablement dans un club de Serie A.

L’ombre Rangnick plane sur lui

Alors que le travail commençait à porter ses fruits, Ivan Gazidis, prépare l’avenir. En effet, depuis décembre, l’Administrateur Délégué du Milan AC aurait pris contact avec Ralf Rangnick pour que celui-ci joue les rôles de Directeur Technique et d’entraîneur dès la saison prochaine. Il se murmure que l’Allemand serait en train d’apprendre l’italien pour être prêt le plus rapidement possible. Geoffrey Moncada (Directeur du recrutement) et Hendrik Almstadt (Assistant au conseil exécutif) auraient eux plus de responsabilités. La situation s’envenime et lors d’une interview à la Gazzetta Dello Sport, Zvonimir Boban balance sur sa direction : « Milan uni ? C’est ce que je pensais. Ne pas nous informer pour Rangnick était irrespectueux et inélégant. Pas de Milan. Pour le bien du club, il faut que les propriétaires interviennent. » Le divorce est consommé, Boban remercié. Ce dernier va même jusqu’à pousser l’affaire devant les tribunaux. Enfin, Pioli et son staff sont pour le moment maintenus mais il y a rupture.

Julien Camarda

Rédacteur



Lire aussi