SPAL, le bilan de la saison 2019/2020

Par Matthieu Pianezze publié le 10 Août 2020

C’est un long de chemin de croix, qui s’est achevé le 2 août dernier pour la SPAL, avec une défaite de plus au compteur face à la Fiorentina. En effet, la troupe du président Mattioli a quasiment passé toute la saison dans la zone rouge sans pouvoir en sortir et mettre un peu la tête hors de l’eau. Après 49 ans d’absence au plus haut niveau du foot italien, la SPAL avait retrouvé le bonheur de la Serie A en 2016. Dans la foulée, le stade Paolo Mazza fut joliment relooké à l’été 2018 ce qui avait engendré une superbe saison 2018/2019 terminée à la 13ème place. Malheureusement cette saison, tout a mal commencé et l’entraineur du renouveau et chouchou du président, Leonardo Semplici en poste depuis 2014 n’a pas survécu en février dernier à un triste bilan de 15 points en 23 matchs. Juste avant l’arrêt lié au Covid-19, c’est l’ancien sélectionneur des espoirs italiens Luigi Di Biagio, qui a été appelé à la rescousse pour tenter de redresser la barre. Le moins que l’on puisse dire c’est que ce choix fût un échec cuisant puisque le bilan de l’ancien joueur de l’Inter est famélique avec une seule victoire et deux matchs nuls soit 5 points en 15 matchs. N’en jetez plus, avec la pire attaque de Serie A (27 buts marqués) et la troisième plus mauvaise défense (77 buts encaissés) le portait du parfait candidat à la relégation est brosser. Il faudra espérer que les tifosi de la SPAL voient leur équipe se sortir le plus rapidement possible du bourbier qu’est la Serie B. Arrivederci !

La saison de la SPAL

20ème de Serie A

8ème de finale en Coppa

Meilleur buteur : Petagna 12 buts

Meilleur passeur : Dabo 4 passes décisives

Les entraineurs

L’idole du stade Mazza, Leonardo Semplici l’homme qui adorait regrouper ses joueurs au centre du terrain après chaque match n’a pas survécu à cette saison catastrophique. En effet, malgré l’immense soutien de son président, une énième défaite face à Sassuolo début février a définitivement scellé son sort. Lui, qui pourtant croyait avoir renversé la vapeur, en ayant fait tomber l’Atalanta dans un match dingue quelques semaines auparavant. Cela n’a pas été suffisant dans la balance et il a du céder son banc à Luigi Di Biagio. Ce dernier n’a jamais eu l’impact espéré et la fin de saison de la SPAL à partir de la reprise post Covid a ressemblé à un long calvaire sur lequel Di Biagio n’a jamais eu le moindre impact. Pour la saison prochaine pas certain que ce dernier soit conservé même si pour le moment aucune décision n’a été prise par le président Mattioli. Affaire à suivre !

Le joueur à retenir

Il est quasiment le seul à avoir montré un niveau digne de la Serie A cette saison, Andrea Petagna, avec 12 buts inscrits en 33 matchs a tenté de tenir la barre mais a paru bien seul dans cet océan de médiocrité. Toujours aussi impressionnant sur le plan athlétique, il semble avoir progressé techniquement ce qui lui permet d’être plus efficace devant le but en réduisant ce fameux déchet qui lui collait à la peau. Lui, qui a été transféré au Napoli pour la saison prochaine, aura l’occasion de montrer ses progrès dans un club plus huppé et avec une concurrence bien plus ardue avec un certain Victor Oshimen.

Le joueur à oublier

Pour cette rubrique l’ensemble oui presque de l’effectif de la SPAL pourrait aisément trouver sa place. Cependant, c’est le défenseur Kevin Bonifazi qui trinque, l’Italien prêté au début de saison par un Torino qui ne comptait pas sur lui comptait bien montrer ses qualités avec la SPAL. Au final sa saison fut une longue souffrance avec des prestations assez tristes, des blessures, des suspensions et une sensation de ne jamais être au top physiquement. Guère aidé par ses compères de l’arrière garde, il n’aura pas su à 24 ans donner l’élan qu’il aurait souhaité à sa carrière en rejoignant la SPAL.

La saison prochaine

La SPAL est bien tenue par le président Mattioli qui a assuré que le club ne serait pas en danger financièrement. Avec un joli stade et des tifosi particulièrement fidèles et bruyants, la SPAL devrait pouvoir jouer les premiers rôles l’an prochain en Serie B si l’effectif est renouvelé intelligemment. Le plus dangereux sera de ne pas rater le début de saison ce qui pourrait être très compliqué moralement après une année aussi rude sportivement. Reste également le choix de l’entraîneur sur lequel le président devra très rapidement statuer.

Matthieu Pianezze

Rédacteur



Lire aussi