SOS fantôme Lemina

Par Matthias Bertoncelli publié le 31 Jan 2016

Lemina-Juventus

Tous les cris les SOS…ma Juventus a besoin d’aide

Appelez Daniel Balavoine ou Pascal le grand frère, c’est comme vous voulez (même si pour l’un des deux ça va être difficile), la Juventus est face à un os avec Mario Lemina. Blessé depuis la fin du mois d’octobre et une titularisation face à Sassuolo, l’ancien marseillais n’a plus fait une apparition depuis, si ce n’est peut-être dans les travées du Juventus Stadium secteur ospiti posto 18. Longtemps considéré comme un espoir du football français, l’actuel milieu de terrain du Gabon traîne toujours ses chaînes et son iroquois en quête de consécration. Peut-être marabouté par Lilian Thuram pour avoir choisi les panthères plutôt que les bleus, Lemina, qui profite par ailleurs de son temps libre pour prendre des cours de français en compagnie de Franck Ribéry, peine à trouver sa route, son chemin. Celui qui ressemble davantage à un boubou de Pogba pas encore évolué, tient son secret de longévité à l’infirmerie de Simone Pepe qui lui a légué le tant convoité livre des ombres avant son départ.

A mi-chemin entre un Khedira version madrilène et un Asamoah version 2015/2016, Lemina n’arrive pas à se dépêtrer de son fichu problème de tendon au genou. Que de cauchemars pour le MadMax qui songe à se servir d’Hernanes comme globular afin de lui redonner la « pêche » nécessaire. Il faut dire que les temps changent pour Lemina. On imagine le changement pour lui entre s’entraîner face à des guerriers comme Chiellini plutôt que des Jérémy Morel ou Rod Fanni. Un difficile apprentissage du très haut niveau. Alors à quand un triomphal retour ? On ne saurait vous répondre. Une perte de signal inquiétante qui n’est pas sans rappeler les réseaux encombrés des plus mauvais opérateurs téléphoniques.

Et pourtant, bon gré mal gré

On a tendance à l’oublier, mais les débuts de Lemina étaient pourtant prometteurs. Le caractère du petiot, forgé sur les bords du vieux port, l’a aidé à se faire une place rapide dans l’effectif pléthorique d’une Juve en rodage au début de la saison. Il n’y a qu’à voir l’interrogation de certains journalistes qui en venaient à se demander si Lemina ne pouvait pas remplacer Marchisio en tant que regista pour dicter le jeu bianconero. Son but face à l’actuel leader Napoli avait même de quoi enchanter les tifosi les plus sceptiques. En bref, un jeune à la dégaine de banlieusard qui avait refusé l’argent de ces mêmes azzurri pour jouer à la Juventus. Une belle histoire, sur le papier, qui n’attend que son épilogue heureux comme les contes de fées savent si bien le raconter.

Matthias Bertoncelli

Rédacteur



Lire aussi