Skov Olsen, le successeur de Nielsen ?

Par Aurélien Bayard publié le 07 Août 2019

Malgré sa leucémie, Sinisa Mihajlovic a décidé de continuer à entraîner Bologna. Egoïstement, voir le serbe sur le banc de touche des felsinei nous emplit de joie. Son excellent travail depuis janvier mérite une deuxième saison. Alors pour éviter de connaître de nouveau une saison galère, Miha vient de s’offrir un surdoué, Andreas Skov Olsen.

Dondolo la Bandiera

58 ans auparavant, un autre danois débarquait en Emilie-Romagne. Harald Nielsen arrive en Italie avec toujours un statut amateur. En effet, le championnat local n’était pas encore professionnel et le Danemark ne cherchait pas à développer le ballon rond. Mais cet écueil n’a pas empêché les scandinaves de faire parler d’eux lors des JO de Rome de 1960. Ils obtiennent la médaille d’argent et Nielsen score à 6 reprises en 7 matchs. Le président de Bologna, Renato Dall’Ara, tombe sous le charme et fait venir le buteur danois 1 an plus tard. S’en suivent alors 5 saisons qui resteront à jamais les meilleures du club. Pourtant, l’idylle a dû mal à démarrer. Harald est un artiste et joue comme il l’entend.

Toujours présent pour aller marquer un but mais souvent apathique avant de planter, Nielsen devient « Dondolo » pour les supporters bolognais. Après une première année permettant aux deux parties de s’apprivoiser, la mécanique danoise est lancée. Le point d’orgue arrive lors de la saison 63/64. La lutte pour le titre est tendue. L’Inter, le Milan AC et Bologna se partagent la tête de la Serie A mais aucun ne la prend véritablement. A la fin de la saison, Nerazzurri et Felsinei finissent 1er ex-aequo avec 54 points. Un match d’appui doit donc avoir lieu pour départager les 2 leaders. Malheureusement Renato Dall’Ara ne survit pas à cette tension et succombe d’une crise cardiaque 4 jours avant la rencontre fatidique. La FIGC reste intransigeante et refuse de repousser la rencontre. Bologna ne flanche pas et l’emporte 2-0. Nielsen s’empresse alors de dédier cette victoire à son défunt président. Les années suivantes sont plus calmes et 3 ans plus tard Nielsen quitte les Rossoblù. Mais avant de quitter sa ville d’adoption, Harald invite la presse et les supporters à déjeuner et remercie une ville qui restera à jamais dans son cœur.

Gros poisson dans une petite marre

Depuis 2016, le FC Nordsjaelland a établi un important réseau de recrutement du l’île du Seeland. Skov Olsen ne pouvait donc pas échapper aux recruteurs de ce club. Le jeune espoir a tout pour s’épanouir puisque seulement 20km séparent le centre d’entraînement à sa ville natale d’Hillerød. L’ancien Farum Boldklub couve sa pépite et lui maintient même sa confiance lorsqu’une opération de la hanche l’éloigne des terrains pendant 1 an et demi. Il commence à faire ses premiers pas avec l’équipe professionnelle en 2017 mais l’entraîneur Kasper Hjulmand le laisse martyriser les défenses du championnat U19. Ce n’est que la saison dernière qu’il décide de le propulser titulaire sur l’aile droite. Reconnaissant, Andreas enfile les buts comme les perles. 22 pions en Superliga, du jamais pour un jeune de moins de 20 ans depuis Andreas Cornelius. Il aurait pu disputer une saison supplémentaire mais son contrat se termine en juin 2020. Nordsjaelland misant sur son centre de formation pour être pérenne, il ne pouvait donc pas laisser passer l’occasion d’encaisser 6 millions.

Duel avec Orsolini

Andreas arrive déjà dans un dispositif qu’il connaît bien : le 4-3-3. Seul ombre au tableau : la présence de Riccardo Orsolini au poste d’ailier droit. L’espoir italien partage les mêmes qualités que le danois : grand, puissant et utilise son pied gauche pour repiquer. L’ancien joueur de la Juventus s’est enfin révélé en fin de saison et c’est naturellement qu’il a voulu continuer l’aventure avec Bologna. Avec 6 buts lors des 10 derniers matchs, il fut aussi un acteur majeur du sauvetage des Rossoblù. Nul doute que Mihajlovic lui fera d’abord confiance pour le début de saison. Mais pour le moment l’italien n’a toujours pas disputé une véritable saison complète dans l’élite italienne et pourrait être ménagé. Skov Olsen se tient déjà prêt pour sauter sur l’occasion.

Aurélien Bayard



Lire aussi