Simone Zaza, le point d’interrogation du Torino

Par Valentin Feuillette publié le 01 Déc 2018

Prêté par Valence au Torino avec une option d’achat obligatoire de 12 million, Simone Zaza commence timidement sa saison sous le maillot granata au point de passer complètement inaperçu dans les analyses du début de saison. Actuellement onzième du championnat, le Toro déçoit sur ces premiers mois de compétition. Certes, la saison est encore longue mais le jeu produit par les piémontais reste inquiétant, notamment sur le plan offensif.

Un élément sous-utilisé par Mazzarri

Lorsque Simone Zaza a débarqué à Filadelfia en août dernier, Adem Ljacic était encore dans l’équipe donc la question d’un possible embouteillage sur les postes offensifs se posait réellement malgré une profondeur intéressante sur le papier. Mais quand l’ailier serbe a rejoint la Turquie à la fin du mercato, le dilemme de la répartition des minutes de l’attaque granata n’était plus d’actualité, tant Zaza apparaissait comme l’unique successeur logique en attaque – aux côtés de Iago Falqué et Andrea Belotti. Cependant, après plus de trois mois de compétition, tout ne semble pas se dérouler comme prévu puisque l’attaquant de 27 ans n’ait apparu qu’à dix reprises pour une seule titularisation. Pour cause, sa productivité reste irrégulière et inefficace (un but inscrit en seulement 400 minutes jouées), ce qui pénalise considérablement les solutions envisagées pour guérir les maux d’un système offensif en manque de constance.

Relancer Belotti avant tout

Si l’attaque du Torino est malade, Simone Zaza n’est pas le principal virus destructeur, c’est avant tout un ensemble de raisons qui créent cette panne. En effet, en ce début de saison, Andrea Belotti est loin d’être flamboyant au point de remettre en question son réel potentiel. Au lieu d’essayer de nouveaux éléments pour tenter de corriger les problèmes offensifs, Mazzarri se cantonne à son idée de vouloir relancer le patron de l’attaque à savoir Belotti (plus de 1 000 minutes jouées en treize matchs et treize titularisations) et c’est justement pour cette raison que Zaza est laissé de côté pour le moment. Autre interrogation que l’on peut judicieusement se poser : la complémentarité entre les deux attaquants paraît bien moins solide comparée au duo que formait jadis il Gallo avec Ljacic ou même l’actuelle paire avec Falqué. Actuellement, Simone Zaza se trouve dans une spirale paradoxale où il ne parvient pas à faire ses preuves lorsqu’il est aligné avec Belotti. Néanmoins, il n’a pas un impact considérable lors de ses entrées jugées trop souvent discrètes, mais il ne bénéficie pas non plus de la confiance de son entraîneur pour prendre les rênes seul de l’attaque sans Belotti à ses côtés.

Un futur en pointillés

Difficile de prévoir pour le moment l’évolution du rôle de Simone Zaza au sein de la rotation de Walter Mazzarri, cela dépendra en grande partie des résultats de l’équipe, du niveau affiché par Andrea Belotti mais également du jeu offensif produit sur les prochaines semaines. Si cette irrégularité persiste encore jusqu’au début de l’année 2019, quelques changements au sein de la hiérarchie pourraient avoir lieu. A noter également que Zaza reste malgré tout dans les papiers du sélectionneur Mancini qui l’a appelé en septembre dernier pour deux rencontres. Si le numéro 11 du Toro impressionne lors des ses prochaines convocations, cela pourrait avoir un impact au sein de la rotation du staff de Mazzarri à Turin, même si ce dernier est pour le moment écarté du groupe pour des problèmes de santé.

Valentin Feuillette



Lire aussi