Serie A : La fuite des talents, un phénomène alarmant ? – De l’ombre à la lumière ? (5/5)

Par Rafaele Graziano publié le 03 Oct 2021
Crédits

Les années 2000 touchant à leur fin, le Calcio n’est devenu, peu à peu, que l’ombre de lui-même, entre coups durs et coups de génie, il devient difficile de situer l’Italie dans le panorama européen. Calciomio propose de passer au peigne fin le dernier mercato de Serie A et, plus particulièrement, le départ de ses principaux talents. Place au 5ème et ultime volet : après un bilan – majoritairement négatif – d’un mercato aux allures d’exode, place à un peu d’optimisme : et si les ingrédients du salut étaient juste sous notre nez ?

Agir vite et bien

Ce mercato estival aura été l’un des plus pauvres de ces dernières années. Plus que dans les comptes, c’est dans les rangs des troupes que se comptent les pertes et parmi les 5 championnats majeurs, c’est la Serie A le souffre-douleur. Aurait-elle perdu de sa valeur pour autant ? Selon une étude réalisée par Transfermarkt, elle reste le championnat plus riche d’Europe en termes de valeur marchande (4,8 milliards d’euros) derrière l’indétrônable Premier League mais devant Liga, Bundesliga et Ligue 1.

Autre donnée qui circule à contre-courant au grand bonheur les clubs italiens : les 190M€ issus de sponsors de maillots. En effet, selon Tuttosport, une hausse record de sponsoring est prévue cette saison – de 21 millions par rapport à l’an passé. Si tous n’exploitent pas la totalité des emplacements attitrés sur les maillots, les nouveaux partenariats décrochés avec le monde de la blockchain sont aussi choquants pour les puristes (voir la disparition de Pirelli au profit de Socios.com pour l’Inter ou l’apparition de Digitalbits pour l’AS Roma) qu’ils semblent lucratifs à long-terme. La Juventus, l’AC Milan, l’Inter et l’AS Roma (contrat à 36M€) sont en passe de faire basculer la Serie A dans une nouvelle ère qui – d’un point de vue économique – a tout pour plaire. Le futur est-il déjà en marche ?

La relève

Des investissements prometteurs tels des éclaircies dans un ciel orageux que l’on se doit d’exploiter. Tout d’abord dans la jeunesse puisque comme Calciomio l’expliquait dans son épisode « Le Calcio et ses maux« , le dynamisme est denrée rare en Italie. Il est temps de compter sur les jeunes et qu’ils descendent sur le terrain le couteau entre les dents. Moins de gros calibres ? Plus de pistoleros ! La Serie A perd Lukaku et Ronaldo ? Elle accouchera de jeunes bombers comme Vlahović, Leao, Abraham et Raspadori ; elle continuera d’aduler ses vétérans Dzeko et Ibrahimović et brillera aux éclats de nouveaux leaders tels que Chiesa, Pellegrini, Milinković-Savić ou Malinovskyi. Comme l’a démontré la Nazionale cette année : qui a besoin de stars quand il suffit d’y croire ?

La Ligue des entraîneurs extraordinaires

Cette aura qui plane au-dessus de leurs têtes est aussi puissante que fébrile et peut dégringoler aussi vite qu’elle y a été placée, ce qui rend ce rôle, si prépondérant, incroyablement difficile. Cette année, avec le départ des stars, la scène leur appartient : le retour de l’Allegrisme à Turin entre débâcles (voir Empoli) et leçons tactiques (voir Chelsea); la surprise Italiano et son jeu ultra-offensif propulsant la Fiorentina à la 5ème place après 6 journées; le mariage Sarri-Lazio appelé aussi pyromane-chalumeau; l’explosion Spaletti; la promesse Inzaghi; mais surtout le retour de Mourinho dans la Botte pour le plus grand plaisir des Giallorossi… Bref, cette saison risque de peser très lourd sur les méninges de ces maîtres stratèges, la tactique, elle, sera à nouveau au coeur des débats : avec une telle qualité sur le bord des terrains, inutile de préciser que pour le spectacle il faudra, encore une fois, compter sur la Serie A.

Investissements efficaces, changements drastiques de mentalité et stratégies gagnantes : les matières premières sont bien présentes sur le sol italien, il suffit de savoir les exploiter et dans un temps record puisque le gap qui se forme avec l’élite européenne risque d’accroître plus vite qu’on ne le pense. La fuite des talents aura son lot indéniable de conséquences – marketing ou sportives – mais la vie suit son cours, au Calcio de faire nourrir des regrets à ces joueurs, et non l’inverse.

À lire ou relire dans le dossier « La fuite des talents, un phénomène alarmant ? » :

1- Un été dévastateur

2- Des conséquences inévitables

3- La faute à pas de sous

4- Et maintenant ?



Rafaele Graziano



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.