Samuel Iling-Junior : un joyau de la couronne anglaise pour la Juventus

Par Marc Occhipinti publié le 13 Sep 2020

Depuis quelques temps, l’Angleterre est devenue une des terres les plus fécondes en talents footballistiques, chaque année offrant une miraculeuse moisson de prodiges. Parmi les millésimes, celui de 2003 est absolument exceptionnel : Harvey Elliott, le plus jeune joueur de tous les temps à débuter en Premier League, Jude Bellingham pour qui, à 16 ans, le Borussia Dortmund a dû débourser 25 millions d’Euros, et Samuel Iling-Junior, certes beaucoup moins hype (même pas une page Wikipedia, c’est tout dire), mais indiscutablement doué. Voilà qui augure peut être, dans les 15 prochaines années, la fin de la disette de titres internationaux pour la Sélection des Trois Lions.

Bye bye Cobham, buongiorno Continassa

En fin de contrat avec les Blues, Samuel Iling-Junior a vu se presser au centre de formation de Cobham, un essaim de scouts des grandes écuries européennes, tous venus vérifier de leurs propres yeux le talent cristallin du très prometteur ailier gauche. Dans la frénésie habituelle des nouvelles de calciomercato, on l’a annoncé partout : à Schalke, à l’Ajax, au PSG, au Bayern. Et finalement, pour quelques centaines de milliers d’Euros (une bouchée de pain dans le foot moderne), Samuel a laissé ce qui était sa maison depuis l’âge de 8 ans, pour aller poser son baluchon au pied de la Mole Antonelliana (le monument phare de Turin ndlr).

Dans son instagram d’adieu après l’officialisation du transfert, il déclare ceci :

« De vastes émotions. Être à Chelsea depuis un si jeune âge m’a vraiment construit, non seulement en tant que joueur mais aussi en tant que personne. Ce fut un voyage béni et je suis profondément reconnaissant envers tous ceux de l’Académie. Depuis les hommes de terrain, les éducateurs, les cuisiniers, le staff, les joueurs, les coaches, la liste continue. Je suis plein de gratitude pour le temps et l’effort mis dans mon développement qui m’a mené où j’en suis aujourd’hui. Je voudrais remercier les personnes autour de moi, ma famille, mes amis qui m’ont toujours soutenu. Enfin je voudrais remercier Dieu pour me bénir de cette opportunité, et me protéger tout du long. Ce n’est que le début. Je souhaite à Chelsea tout le meilleur pour les saisons qui viennent. »

Un post signé d’un double coeur bleu et du hashtag #onceabluealwaysablue.

Le futur Sancho

Pour sa dernière saison dans l’équipe des moins de 18 ans de Chelsea, Samuel c’est 8 matchs dont 3 apparitions en Youth League et 1 assist. Des chiffres pas franchement exaltants à première vue, mais de l’avis des sentinelles des bianconeri, ils ne reflètent pas le niveau réel du garçon qui rappelle le petit génie du Borussia Dortmund : Jadon Sancho.

Il a aussi, à plusieurs occasions, porté le maillot de la nationale anglaise. La première fois le 15 février 2018 contre la Belgique, dans l’équipe des moins de 15 ans, rencontre dans laquelle il ne manque pas de faire trembler les filets. Il remporte même la Syrenka Cup avec l’équipe des moins de 17 ans.

1m82 – 70kg, Samuel est une flèche qui a néanmoins besoin de quelques foulées pour vraiment prendre toute sa vitesse, ce qui le rend absolument redoutable dans les espaces. Il a le vice du dribble, mais de l’avis de ses coaches, sa principale qualité est son exceptionnelle éthique de travail. Nul doute qu’à la Continassa, ils apprécieront.

La Juventus, le Benjamin Button du foot

Conscient d’être arrivé au bout d’un cycle, Andrea Agnelli, en fin dirigeant qu’il est, veut programmer l’avenir, et a appelé de ses voeux un rajeunissement de l’équipe. Samuel Iling-Junior est le futur de la Juventus, à moins que cette dernière ne se contente de le valoriser pour le revendre, et générer la précieuse plusvalenza, si indispensable à son équilibre financier.

En tout cas, avec les arrivées de Nzouango Bikien (17 ans), Kulusevski (20 ans), McKennie (22 ans), Arthur (24 ans), la Vieille Dame, tel Benjamin Button, plus le temps passe plus elle rajeunit. Ceci dit, il reste dans l’effectif Buffon (42 ans), Chiellini (36 ans), Ronaldo (35 ans), Bonucci (33 ans), Khedira (33 ans) pour justifier encore son vénérable surnom.

Marc Occhipinti



Lire aussi