Rodrigo Bentancur : le temps où on le disait « uno da Juve » (2/4)

Par Marc Occhipinti publié le 06 Nov 2021
Crédits

Cela semble toujours aussi incongru de voir la Juventus pointer à la 9ème place du classement de Serie A. Et pourtant… De ce naufrage sportif et économique (si la tournure de la saison ne change pas radicalement), on en attribue la responsabilité à la direction, incapable ces dernières saisons de renforcer le milieu de terrain. Et dans ce département du jeu, on pointe du doigt Rodrigo Bentancur. Après avoir présenté le joueur dans le premier article de cette série –Rodrigo Bentancur : une vague promesse venue du Boca Juniors, Calciomio revient sur ses débuts à la Juventus et les temps glorieux où on le considérait « uno da Juve ».

« Bentancur, un joueur à l’avenir certain« 

Rodrigo Bentancur débarque à la Continassa dans une globale indifférence. Après tout, il n’est qu’une simple monnaie d’échange signée, dit-on, un peu par dépit au départ de Tevez. Il est d’ailleurs débarassé du poids de toute attente. Quelle stupéfaction quand Allegri, le 13 août 2017, à la conférence de presse pour la Supercoppa d’Italie (perdue contre la Lazio avec le but de Murgia à la 93ème minute) dédie 30 secondes pour l’annoncer au monde bianconero comme un futur grand. D’un ton prophétique comme Allegri en use à l’occasion, il déclare : « Sur Bentancur, je peux … (silence vaguement solennel)… me prononcer … en disant que c’est un bon joueur, sérieux, intelligent, ce qui n’est pas rien, et qu’il sera assurément un joueur à l’avenir certain pour l’équipe, pour la Juventus. » Quelle déflagration ce fut! Alors que tout le monde s’attend à un prêt du joueur à une autre équipe de Serie A pour se faire les dents, voilà non seulement qu’il reste à Turin et qu’il est promis à être un pilier pour le futur de l’équipe.

Ce terrible coup de pression qui en aurait fait trembler d’autres, ne fait qu’exalter le jeune Rodrigo Bentancur. Il fait ses débuts le 26 août 2017 contre Genoa. Une victoire 4 à 2 à Gênes où il remplace Pjanic dans les dix dernières minutes. Sa personnalité sur le terrain étonne. Après avoir connu la fièvre de la Bombonera, évidemment que le Stadium et la plupart des stades italiens font office de parcs pour enfants.

Un baptême du feu contre … le Barça… au Camp Nou

A la surprise générale, Allegri le sélectionne comme titulaire le 12 septembre 2017 pour la 1ère journée des poules de Champions League. Et pour dire toute la confiance que lui accorde Max’, le match se joue contre le Barça au Camp Nou et son vis-à-vis direct n’est autre que … Andres Iniesta. Un début pas spécialement glorieux. La Juventus subit une véritable correction : un 3 à 0 sans appel. S’il a eu pendant ce match quelques moments forts, il subit la loi du milieu catalan. Il perd Messi de vue sur le premier but, s’effondre sur le second. Son impatience est manifeste quand le Barça se met en mode domination, déployant avec virtuosité toute sa technique. On voit encore dans ses agacements toute l’immaturité d’un joueur de 20 ans.

Ces débuts difficiles ne lui font pas pour autant perdre l’estime de Massimiliano Allegri. Le 20 septembre 2017, Allegri l’aligne titulaire contre la Fiorentina. Et Rodrigo livre là ce qui sera le plus beau match de sa saison 2017 – 2018. Et le Mister ne peut faire autrement que chanter ses louanges en conférence de presse : « Bentancur est un très bon joueur, et qui a une très forte personnalité et très bonne gestion de la balle. Les bons joueurs sont faciles à reconnaître, ce garçon est intelligent, et il aura une grande carrière devant lui mais il l’avait démontré à Barcelone. Il a fait une partie importante contre Iniesta qui a 15 ans de différence et mille parties de différence à très haut niveau. Mais il a fait une partie avec une tranquillité, avec une sérénité et une gestion de la balle extraordinaires. »

Pour sa première saison à l’âge de 20 ans, sa moyenne sur les pagelle n’est que de 5,85 mais il s’affirme comme une future pièce importante de l’échiquier de la Juventus. Assurément « uno da Juve ». Le scouting bianconero semble alors avoir eu le nez creux.

Autres articles du dossier dédié à Rodrigo Bentancur :

  • Rodrigo Bentancur : une vague promesse venue du Boca Juniors (1/4)
  • Rodrigo Bentancur : le temps où on le disait « uno da Juve » (2/4)
  • A paraître – Rodrigo Bentancur : le temps de la déception (3 – 4)
  • A paraître – Rodrigo Bentancur : un joueur retrouvé ou à écarter? (4 – 4)


Avatar

Marc Occhipinti



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio

Recevez chaque jour à midi un email avec nos meilleures actualités. (Service gratuit)

Inscription effectuée ! Vous aller recevoir un email et vous devez impérativement confirmer votre inscription.