Robin Gosens, mêmes couleurs mais nouveau club : l’Atalanta pour grandir (1/2)

Par Ben Soffietti publié le 01 Fév 2022
Crédits

L’Inter et l’Atalanta ont officialisé le transfert de Robin Gosens le 27 janvier dernier. Après quatre saisons et demi du côté de Bergame, l’international allemand reste en Lombardie et fait le court trajet séparant Bergame et Milan. Nouvelle ville, plus grande. Nouveau club, plus ambitieux. Un changement de dimension à 27 ans pour l’un des joueurs qui symbolisaient le mieux cette Dea à la sauce Gasperini, précise et réglée comme une montre suisse. Désormais, Gosens entre dans la cour des grands. L’heure pour Calciomio de faire un bilan de ses années bergamasques puis d’évoquer sa nouvelle aventure avec la Beneamata. Premier volet avec le retour sur sa collaboration avec Gasperini.

Un Allemand repéré au pays de Cruyff

Devenu international allemand grâce à ses excellentes prestations avec l’Atalanta, notamment dans la difficile arène de la Champions League, Robin Gosens a percé au niveau professionnel non pas dans son pays de naissance, l’Allemagne, mais bien sur les terrains de la nation du légendaire Johan Cruyff. C’est une raison culturelle et géographique qui explique cette originalité. En effet, Gosens est né dans la commune d’Emmerich am Rhein, connu pour être la dernière commune allemande avant la frontière avec les Pays-Bas, commune dans laquelle on parle une langue proche du néerlandais. Et la grande ville de foot la plus proche se situe de l’autre côté de la frontière, à une trentaine de kilomètres. Il s’agit d’Arnhem et Gosens se forme dans le club du Vitesse. Sans parvenir à s’y imposer, il se distingue tout de même en Eredivise, en prêt à Dordrecht puis du côté de l’Heracles Almelo. À 23 ans, après trois saisons pleines en première division néerlandaise, il s’engage en faveur de l’Atalanta, où il va faire la connaissance d’un entraîneur qui va le façonner : Gian Piero Gasperini.

Gasperini, une rencontre décisive

Habituée à prospecter dans le Benelux, l’Atalanta flaire donc le bon coup avec Gosens qui débarque en Serie A. Si la première saison est mitigée à cause de la concurrence avec Spinazzola dans le couloir gauche – seulement 17 titularisations pour l’Allemand -, il prend petit-à-petit ses marques et découvre même la scène continentale en Europa League. Ses qualités de piston buteur ne sont pas encore celles qu’on lui connaît et il faudra attendre la troisième saison du côté de Bergame pour voir Gosens se révéler aux yeux de tous les observateurs du football italien.

Simple latéral de formation aux Pays-Bas, terre par excellence du 4-3-3, Gosens se transforme en piston sous les ordres de Gasperini. Très attaché à son 3-4-1-2 depuis ses années Genoa, le mister s’appuie sur les qualités du pied gauche de l’Allemand et surtout sur ses capacités athlétiques pour devenir intouchable dans le couloir gauche. Barré par Castagne lors de la saison 2018-2019, il prend le meilleur sur le Belge la saison suivante et s’exprime pleinement en Serie A et surtout en Champions League ! Il débute toutes les rencontres de la compétition continentale sauf le match retour contre Manchester City, à cause d’un pépin physique. Dernier buteur lors de la rencontre décisive contre le Shakhtar (0-3) qui qualifie les Nerazzurri pour les huitièmes de finale de la Champions League pour la première fois de leur histoire, il participe aussi à l’élimination sur le fil contre le PSG. Sa saison est exceptionnelle : 43 matchs, dont 39 comme titulaire, dix buts et huit passes décisives. Son apport offensif est indéniablement une de ses principales qualités.

L’heure de la confirmation

Élu meilleur joueur allemand évoluant à l’étranger par les médias Outre-Rhin, Gosens est sélectionné par Löw avec la Mannschaft pour la Nations League et enchaîne également une nouvelle saison de grande facture avec la Dea. Toujours autant décisif, l’Allemand participe à la nouvelle année étonnante de l’Atalanta, avec un huitième de finale de Champions League, une troisième place en championnat et une finale, malheureusement perdue, de Coppa Italia. À nouveau plus de quarante matchs au compteur et des performances de haute volée qui lui offrent une place de titulaire dans l’équipe d’Allemagne. En l’espace de trois ans, le gaucher, que la Dea a acheté seulement 900 000 euros, a obtenu une belle côte de popularité dans toute l’Europe, mais décide de rester à Bergame. Pas pour longtemps.

À retrouver dans ce dossier :
Épisode 1 – L’Atalanta pour grandir
Épisode 2 – L’Inter pour évoluer parmi les meilleurs



Avatar

Ben Soffietti

Rédacteur



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Calciomio est le seul média 100% foot italien. Renseignez votre email pour recevoir un email quotidien avec les meilleures actualités.

Inscription effectuée :)