Roberto Mancini prend des coups, mais reste debout

Par Cesco publié le 15 Avr 2016
Crédits

manciniSoulagés lorsqu’il remplace Mazzarri fin 2014, irrités à la vue des résultats en dessous des exigences fixées par la direction, les tifosi de l’Inter ne voient plus d’un si bon oeil celui qui leur a fait entamer le cycle fabuleux de succès dans la fin des années 2000. En effet, Roberto Mancini est de plus en plus discuté, critiqué, surtout depuis qu’il a terminé la saison passée en roue libre à la 8ème place, ce qui a fait faire à la machine nerazzurra un pas en arrière par rapport à la belle 5ème place obtenue par Mazzarri en 2013/2014. Alors forcément aujourd’hui, faut terminer sur le podium, sinon ça va grogner !

Un manager reconnu et exigeant

Si les résultats ont tardé à venir, Mancini jouit avant tout d’un statut de manager reconnu. Son passif à l’Inter et ses résultats en Angleterre ont convaincu Thohir de lui faire confiance. Cet été, il demande 9 joueurs à son président et en obtient 11. L’équipe est renouvelée et en bon leader de troupe, Roberto Mancini entame une préparation en repartant de 0 avec un groupe qui oscille entre déficit complet de confiance et adaptation au football italien. Son intransigeance contraste parfois avec la certaine légèreté des entraineurs précédents. Oui Mancini n’hésite pas à remettre ses joueurs en place (Shaqiri, Jovetic, Icardi …) quand il le faut ce qui permet de rétablir de l’équilibre et une certaine cohésion dans l’équipe. Travailleur et déterminé, il ne lésine pas sur les détails et veux faire retrouver à l’Inter sa rigueur défensive d’antan. 39 buts encaissés en 2014, 48 encaissés en 2015, l’Inter retrouve peu à peu des couleurs sur cet exercice. À 6 matchs du terme, l’Inter en est à 30 buts encaissés et à longtemps trusté le titre de meilleure défense lors de la première partie de saison avant de lâcher du lest en 2016.

Une méthode qui porte(ra) ses fruits ?

Cette année, l’Inter est 4ème et avec 58 points à 6 journées de la fin, elle a déjà fait mieux que la saison passée (55) et est à 2 unités de celle d’avant (60). Au regard des stats, Mancini est en train de réussir son pari, celui de remettre l’Inter en haut du tableau petit à petit. Cependant, là ou le bât blesse, c’est au niveau de la qualité de jeu. On ne cesse de le répéter depuis le début de saison, l’Inter n’affiche pas un football séduisant et peine en manœuvre offensive. Avec un mercato estival prolifique, les tifosi attendaient sûrement mieux du technicien de Jesi.

Cependant, il faut se montrer patient et évoquer les adaptations difficiles de Perisic (qui désormais s’éclate), Ljajic, ainsi que les déceptions Melo, Jovetic, Montoya (parti cet hiver) et dans une moindre mesure Kondogbia qui semble s’améliorer. D’autre part, les tifosi ont parfois tendance à voir leur équipe plus belle qu’elle ne l’est vraiment. Les effectifs de la Juventus, du Napoli et de l’AS Roma sont bien mieux armés que celui de l’Inter. La 4ème place au regard de ça est légitime et même encourageante, surtout que Mancini a subi le départ de Kovacic, le seul créateur de l’équipe, alors qu’il en faisait un élément indispensable de son 4-2-3-1. Pour l’instant il bricole. Qu’en sera t-il lorsque l’effectif sera véritablement complet ? En attendant, Mancini est discuté, critiqué, mais il est toujours là et honnêtement pour la stabilité du club, c’est tant mieux.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Pioli s’explique sur le tournant du match entre la Lazio et le Milan

« La Juventus ne devrait pas participer à la Coupe du Monde des Clubs », Aurelio De Laurentiis

« Nous sommes prêts pour tout », Daniele De Rossi

Stefano Pioli donne des nouvelles de Fikayo Tomori

Courtisé en Angleterre, Simone Inzaghi répond

Avatar

Cesco

Rédacteur en Chef



Derniers articles