Secteur défensif décimé à l’AS Roma

Par Jérome Perrin publié le 08 Nov 2016
Crédits

AS Roma

L’AS Roma doit composer depuis un certain temps déjà sans Mario Rui ni Thomas Vermaelen. Le premier, gravement blessé, n’a pas encore joué en compétition cette saison. Le Belge, quant à lui, est absent depuis deux mois et selon son sélectionneur, Martinez, il se trouverait dans une situation inquiétante même si le club giallorosso s’est montré plus rassurant. Le joueur prêté par le Barça souffre d’une pubalgie. Le reverra-t-on avec le maillot de la Roma avant la trêve hivernale ?

Une cascade de blessures en défense

Si l’attaque romaine performe, le club de la capitale ne possède que la 4ème défense de Serie A avec 12 buts encaissés en 12 journées. Les blessures se multipliant dans le secteur défensif, la situation pourrait se compliquer davantage pour une équipe qui peinait déjà à trouver une stabilité et une solidité défensive. C’est tout d’abord Florenzi, alors utilisé comme latéral, qui s’est gravement blessé au genou. Le Romain de naissance ne devrait pas être de retour avant février. Puis les mauvaises nouvelles se sont succédées pour Luciano Spalletti. Le Grec Manolas, qui souffre d’une fracture du nez contractée à Empoli le 30 octobre dernier, sera absent 15 jours au total. Il pourrait revenir pour la rencontre face à l’Atalanta prévue le 20 novembre. Enfin, le Brésilien Emerson Palmieri qui souffre d’un problème musculaire, ne devrait pas rejouer avant 2 à 3 semaines. Si ces deux joueurs pourraient faire leur retour en même temps, il n’en demeure pas moins que la situation devient inquiétante. Il s’agit de la 6ème blessure décimant la défense de la Louve cette saison. La trêve internationale arrive à point…

Les solutions ? Polyvalence surtout, jeunesse au cas où…

Le Mister ne peut actuellement compter que sur 4 défenseurs de métier : Bruno Peres, Fazio, Juan Jesus et Rudiger. Soit le strict minimum. Et encore, l’Allemand, qui revient tout juste d’une longue absence, n’est pas dans une forme physique optimale. Mais il est disponible à temps et c’est l’essentiel. Spalletti est contraint de s’adapter. Ainsi jeudi dernier à Vienne en Europa League il avait articulé sa défense de la façon suivante : Peres – Rudiger – De Rossi – Juan Jesus. Ce bon vieux Daniele a donc fait une pige en défense centrale. Un poste dans lequel il a déjà excellé, notamment à l’Euro 2012. Ce passage dans l’axe défensif lui a fait du bien puisqu’il en a profité pour inscrire son premier but de la saison.

Contre Bologna, dimanche au Stadio Olimpico, les 4 défenseurs giallorossi aptes étaient tous alignés : Bruno Peres – Rudiger – Fazio – Juan Jesus. Les deux premiers ont quitté le terrain en deuxième période. Nainggolan s’est alors positionné à droite, De Rossi dans l’axe. Spalletti a la chance de pouvoir compter sur des joueurs polyvalents et performants à d’autres postes. En Autriche, étaient présents sur le banc Riccardo Marchizza et Eros De Santis, deux jeunes défenseurs de la Primavera.

Ils étaient à nouveau à disposition de l’entraîneur le week-end dernier. Le centre de formation de la Roma est performant et en cette période de disette c’est l’occasion de faire appel à ses pensionnaires les plus talentueux. Bien que le résultat lui ait donné raison, il est regrettable que le Mister n’ait pas profité de la situation pour leur donner du temps de jeu, d’autant plus dans une rencontre largement dominée et aisément remportée surtout au vu du flou général sur ce secteur.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Cesare Prandelli prodige un sage conseil à Gianluca Scamacca

Federico Chiesa pourrait débuter sur le banc face à la Croatie

Coup dur pour l’Italie, Federico Dimarco forfait face à la Croatie

« Après Italie – Espagne, mes certitudes sur l’équipe nationale ont vacillé », Marco Tardelli

« La Croatie le pire adversaire possible », Capello met en garde l’Italie

Avatar

Jérome Perrin

Rédacteur



Derniers articles