Révolution de janvier au Genoa

Par Gilbert Simonutti publié le 09 Fév 2019

Avec le départ de Piatek et l’arrivé de 7 joueurs, le Genoa a été l’un des principaux animateurs du mercato de janvier. Une habitude pour le président Preziosi qui souhaitait avant tout offrir une équipe sur mesure à Cesare Prandelli.

Si certains départs comme ceux de Spolli ou de Lisandro Lopez sont anecdotiques, celui de Piatek l’est beaucoup moins. Arrivé en catimini l’été dernier pour 5 M€, l’attaquant polonais a quitté le Genoa après seulement une demi-saison. Mais quelle demi-saison. Auteur de 19 buts en 21 matchs, la Piatek-mania est devenu le tube de l’année en Italie. Son passage au Milan a permis au club de faire une plus-value de 30 M€ mais le risque sportif était élevé tant l’impact de l’ancien joueur du GS Cracovia était important. Malgré leur déception initiale, les tifosi du club doyen ont toutefois très vite trouvé un nouveau chouchou en la personne d’Antonio Sanabria. Le paraguayen arrivé en provenance du Betis (prêt avec option d’achat) a trouvé ses marques en un temps record au sein de l’attaque des Grifoni. Son entente avec Kouamé est naturelle et il marque encore plus vite que Piatek (2 buts en deux matchs). C’est dire. Plus technique mais moins direct que son prédécesseur, Sanabria (22 ans) a une grosse carte à jouer dans un club qui a toujours su valoriser ses avant-centre. Un choix, celui du départ de l’international polonais, qui semble finalement judicieux de la part des dirigeants rossoblu.

Un milieu de terrain refait à neuf

Ceci d’autant plus qu’avec l’argent en provenance de Milan, Preziosi a pu combler certaines lacunes dans l’effectif et offrir à Prandelli des joueurs plus à même de mettre en œuvre les idées tactiques de l’ancien sélectionneur. Un temps dirigé vers la Samp, le gardien brésilien Jandrei prendra ses marques tranquillement pour être prêt la saison prochaine alors que Pezzella comblera le manque de solution de remplacement au poste de latéral gauche. C’est toutefois au milieu de terrain que le Genoa a opéré une véritable mutation. Exit Sandro (Udinese), Romulo (Lazio) et Omeanga (Hibs) et place à Radovanovic, Lerager et Sturaro. L’ancien du Chievo apportera son expérience alors que Lerager sera une alternative valide à tous les postes de l’entrejeu. Sturaro, qui est devenu l’achat le plus cher de l’histoire du club (18 M€), est un cas à part. Grand tifoso du club, il fait son retour dans son club formateur pour apporter (avec Criscito) un supplément d’âme qui se perd parfois surtout lorsque le turnover dans l’effectif est important. Son retour à la compétition sera toutefois échelonné vu qu’il ne joue pas depuis plusieurs mois. Une multitude de choix qui permettront à Prandelli de changer de dispositif tactique si besoin.

Un œil sur l’avenir

Comme toujours, le Genoa regarde aussi vers le futur et c’est dans cette optique que le club a mis également la main sur trois jeunes prospect intéressant. L’international hongrois U19 Schafer est un milieu tout terrain qui laisse dire au sélectionneur italien de la Hongrie, Marco Rossi, qu’il est l’élément le plus prometteur du football magyar. Le Polonais Jagiello et l’Italien Zennaro (payé 3M€, Venezia) resteront dans leur club respectif jusqu’à la fin de la saison. Acheter, vendre, mais avoir toujours un temps d’avance sur la concurrence tel est le leitmotiv du président Preziosi. Nous saurons dans quelques mois si sa énième révolution de janvier a fonctionné ou pas.

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Lire aussi