Retour au premier plan pour Biabiany

Par Fabio Pendolino publié le 10 Déc 2015

biabianyMalgré le scepticisme des supporters après son arrivée à l’Inter, Biabiany reste un joueur d’expérience. À aujourd’hui 27 ans, le Français a effectué toute sa carrière en Italie entre le Chievo, Modena, la Sampdoria, Parma et l’Inter avec plus de 200 matchs au compteur. Son cœur l’a par ailleurs empêché de jouer pour le Milan AC en septembre 2014, lorsque Zaccardo refuse l’échange le dirigeant vers Parma et que l’on diagnostique à Biabiany une arythmie cardiaque. S’en suivra une saison cauchemardesque où il ne jouera qu’un match et le club fera banqueroute, condamné à retourner en Serie D suite à des problèmes financiers. Un long chemin qui mène Biabiany à une résiliation de son contrat en avril, et ensuite une signature jusqu’en 2019 avec l’équipe de Mancini, avec qui il a un rapport spécial car c’est lui qui le fit démarrer en 2007 au club lombard, pour une troisième aventure à l’Inter.

L’entraîneur interiste a répété plusieurs fois en conférence de presse vouloir lui laisser le temps de récupérer pleinement ses moyens physiques afin qu’il soit le plus performant possible. Ce moment semble être arrivé avec deux titularisations dernièrement, contre Frosinone le 22 novembre (4-0) et contre le Genoa ce 5 décembre (1-0) après 6 entrées en cours de jeu où il n’a jamais joué plus de 35 minutes. Le fait est que le joueur semble avoir trouvé son rythme et démontre à nouveau toutes ses qualités de percussion, de dribbles et sa vitesse qui ont fait de lui un des meilleurs ailiers de Serie A il n’y a pas si longtemps. Que ce soit au sein du 4-4-2 contre Frosinone ou du 4-2-3-1 contre le Genoa, le Français a fait deux matchs pleins, obtenant de bonnes notes dans les journaux italiens sur ces deux rencontres. En pur ailier qu’il est, le numéro 11 ne s’est jamais arrêté et était partout sur le terrain ; à partir de son côté droit d’où il a débuté, mais aussi sur le côté opposé ou au centre. Sa plus grande progression reste cependant son effort sur les retours défensifs, permettant à l’Inter de développer son jeu plus rapidement et de partir en contre à toute vitesse, une caractéristique dont l’effectif ne manque plus cette année.  Il n’y a plus qu’à espérer que cette forte concurrence entre Biabiany, Perisic, Ljajic et Palacio continue de tirer les joueurs vers le haut et pose à Mancini de nombreux problèmes au moment où il effectue son turn-over.

Fabio Pendolino

Rédacteur



Lire aussi