Radja Nainggolan : l’empereur du milieu

Par Louis De Brondeau publié le 01 Fév 2017
Crédits

nainggolan

Il y a seulement 6 mois, Calciomio écrivait déjà sur Radja Nainggolan pour vous expliquer combien il était indispensable à l’AS Roma. Mais c’était sans imaginer la dimension que prendrait le milieu belge cette saison. Durant ces 6 derniers mois, le ninja romain est passé d’indispensable à monstrueux, et est incontestablement devenu l’un des meilleurs joueurs de Serie A. Un nouveau statut confirmé par l’ancien international azzurro Alessio Tacchinardi, pourtant loin d’être un fervent Romanista : « Après son match face à la Juventus on peut dire que Nainggolan a encore haussé son niveau de jeu, il est non seulement le meilleur milieu de terrain de Serie A, mais aussi dans le top 3 des milieux européens. »

Grazie Luciano !

Le travail de Luciano Spalletti n’est pas étranger à l’explosion du milieu belge, le technicien Toscan a réalisé un coup de maitre en le repositionnant derrière l’attaquant, lui qui est un milieu relayeur de formation. Il faut dire que l’actuel entraineur de la Roma n’en est pas à son coup d’essai puisque il avait déjà fait exploser Simone Perrotta, habitué à jouer au milieu de terrain, en le montant d’un cran. Ce poste de faux numéro 10 correspond parfaitement aux qualités techniques et physiques de Radja. Protégé par deux milieux de terrains plus travailleurs, il a toute la liberté d’exercer son pressing sur les défenseurs adverses pour gêner la relance. Plus d’un tiers (40%) des ballons récupérés par Nainggolan le sont d’ailleurs dans la moitié de terrain adverse. Une telle activité défensive dans le camp opposé permet notamment de suppléer Edin Dzeko dont l’activité au pressing est loin d’être le point fort. De plus dans les phases défensives, Radja Nainggolan est beaucoup plus utile et efficace qu’un numéro 10 « classique » et a souvent l’occasion de prouver que son repositionnement n’a nullement altéré ses capacités défensives.

L'élève et le maitre

L’élève et le maitre

Mais son nouveau poste implique aussi de nouvelles responsabilités offensives. Une tache que le numéro 4 semble assumer sans problème au vue de ses statistiques. Auteur de 7 buts cette saison, le Belge est aussi le deuxième milieu qui tente le plus de frappes en Serie A (derrière Marek Hamsik) et celui qui tente le plus depuis l’extérieur de la surface. D’ailleurs 3 de ses 7 buts inscrits avec la Roma cette saison l’ont été depuis l’extérieur de la surface et le natif d’Anvers a pu nous faire admirer à l’occasion sa superbe frappe, comme face à la Sampdoria où il s’est signalé d’une magnifique volée sans contrôle en pleine lucarne.

De plus en plus indispensable

En attaque, en défense, vous l’aurez compris, l’ancien milieu de Cagliari est partout sur le terrain, comme le confirme (ci-dessous) la carte des ballons touchés par Nainggolan dans le derby de la capitale.

Heatmap de Radja Nainggolan durant AS Roma-Lazio. (Source : WhoScored.com)

De plus, au sein d’une équipe très fragile mentalement, Radja tranche par son mental à toute épreuve et sais se rendre encore plus indispensable lorsque son équipe est en difficulté. Que ce soit dans le derby de la capitale, le déplacement à Naples ou la réception du Milan AC, il a été présent dans les grands moments et a d’ailleurs marqué dans 2 de ces 3 rencontres. Face à la Juve, il a crevé l’écran tellement sa détermination et son omniprésence tranchaient avec le faible niveau physique et mental de ses partenaires.

Vous l’aurez compris, Radja Nainggolan est indispensable à la Roma, et cela se ressent dans son temps de jeu. Avec 29 matchs disputés sur 30 possibles et 2 298 minutes passés sur le terrain, il est le joueur le plus utilisé par Luciano Spalletti.

Un homme pressé

Mais voila, pour l’instant, aussi énorme soit-il Radja n’arrive pas à faire gagner des titres à son équipe et même s’il a encore haussé son niveau de jeu. La Roma reste toujours coincée derrière la Juventus en championnat. Le club de la capitale est en train de devenir trop petit pour le milieu belge et les rumeurs de départ, déjà très nombreuses l’été dernier, ne vont faire que s’intensifier. De plus, l’éclosion de Radja Nainggolan a été tardive, avant d’arriver à la Roma, le Belge a beaucoup ramé d’abord en Serie B puis en deuxième partie de tableau avec Cagliari. À déjà 28 ans, il est donc logique qu’il se mette en quête de titres même si son attachement à la Roma est indéniable.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Pioli s’explique sur le tournant du match entre la Lazio et le Milan

« La Juventus ne devrait pas participer à la Coupe du Monde des Clubs », Aurelio De Laurentiis

« Nous sommes prêts pour tout », Daniele De Rossi

Stefano Pioli donne des nouvelles de Fikayo Tomori

Courtisé en Angleterre, Simone Inzaghi répond

Avatar

Louis De Brondeau

Rédacteur



Derniers articles