Rabiot à la Juventus : aubaine ou cadeau empoisonné ?

Par Yacine Ouali publié le 02 Juil 2019

Dernier en liste de la longue série de transferts gratuits de la Juventus, le français Adrien Rabiot arrive dans le Piémont entouré d’une aura de scepticisme et d’espoir. Réputé ingérable mais reconnu pour son immense talent, le désormais ancien parisien aura la lourde tâche de faire oublier ses errances passées et d’enfin s’imposer au plus haut niveau du football mondial.

Entre perplexité et curiosité

Adrien Rabiot, c’est l’histoire d’un football moderne dans lequel les agents prennent de plus en plus de place, faisant parfois capoter des transactions à la dernière minute pour d’obscures raisons. Alors quand l’agent en question est en plus la mère du joueur… Signé gratuit et à un salaire plutôt élevé, Rabiot sait que la Juventus lui offre peut-être la dernière opportunité de montrer au monde qu’il est plus qu’un énième espoir déchu.

Après un an de purgatoire autant au PSG qu’en équipe de France, l’ancien toulousain se voit offrir une chance inespérée. Qui en effet aurait prédit qu’après tant de galères, son nouveau club serait meilleur que le précédent ? Si lui comme sa mère ne font pas de vagues, Rabiot aura la possibilité de gagner la confiance des tifosi, de la direction et surtout de Maurizio Sarri. De par son talent et son style, Rabiot a en effet toutes les chances d’être titulaire sous un Sarri dont la philosophie lui sied en apparence. La balle est dans son camp.

Le dernier d’une longue procession de milieux

Pjanic, Emre Can, Bentancur, Matuidi, Ramsey, Khedira, et donc Rabiot. Si l’on enlève un Khedira sur le départ mais que l’on ajoute la possibilité Pogba ou Savic, cela fait six à sept milieux de terrain à disposition de Sarri, pour normalement trois places. Si en plus l’on ajoute Bernardeschi en mezzala…

C’est donc un euphémisme de dire que l’intégration de Rabiot dans la constellation Juve sera de tout repos. Sans garantie d’être titulaire, l’ancien parisien devra se battre et montrer au monde qu’il n’est pas un joueur capricieux qui se couche devant l’adversité comme le veulent sa réputation et ses déboires avec l’équipe de France avant le Mondial 2018.

Un profil unique

Malgré la bataille pour la terre du milieu à l’horizon, Rabiot part avec l’avantage de son profil et de ses qualités, uniques aujourd’hui dans l’effectif turinois. Relayeur infatigable comme Can, technicien au-dessus de la moyenne comme Bentancur, récupérateur à ses heures perdues à l’image de Matuidi et buteur occasionnel comme Ramsey, Rabiot apporte en plus de cela une patte gauche que la Juve possède trop peu, et une capacité de domination physique doublée à une belle vision du jeu dont le milieu a cruellement manqué la saison dernière.

Dans la rotation de Sarri, Rabiot saura apporter cette différence qui pourrait lui permettre de s’imposer et de faire honneur à la longue liste de prestigieux milieux français passés par la Juve : Platini, Deschamps, Zidane, Matuidi…

Aujourd’hui à la croisée des chemins, Adrien Rabiot est parfaitement conscient de ce qui lui reste à faire pour devenir un grand joueur. Et finalement, qui donc de mieux que la Juventus, spécialiste dans la résurrection de carrières mal engagées, pour cela ?

Yacine Ouali



Lire aussi