Quelles conséquences pour l’Atalanta après l’élimination en Europa League ?

Par Hugo Ledroit publié le 12 Sep 2018

Après s’être faite éliminer aux tab par Copenhague lors des barrages de la C3, la Dea se retrouve cette saison sans compétition européenne à disputer. Quels peuvent-être les effets de ce couac européen ?

Une atteinte morale pour les joueurs et le staff ?

Il est vrai qu’une élimination aux portes de la phase de poules de l’Europa League est difficile à oublier surtout pour un club comme l’Atalanta qui misait beaucoup sur les effets bénéfiques d’une épopée européenne. Après la séance de tirs aux buts, les visages fermés des joueurs bergamasques qui rêvaient bien sûr de disputer cette coupe d’Europe laissent pensifs. Néanmoins dès la fin du match, Gasperini s’est exprimé en conférence de presse afin de remotiver toutes ses troupes après qu’un journaliste lui ait demandé si son équipe pourra se relever facilement de cet échec :  » Cette équipe est positive, certes il y a eu de la déception après le match néanmoins mes joueurs se relèveront…Nous devons nous concentrer et retourner au travail afin de préparer le prochain match contre Cagliari… ». Les paroles de l’entraîneur des nerazzurri traduisent l’ambition visée par les lombards en championnat pour retrouver la C3 dès la saison prochaine. L’atteinte morale devrait donc passer malgré la déception de tout un club mais aussi de toute une ville. La défaite face à Cagliari a montré cependant qu’il ne faudra rien lâcher sous peine de retombe dans un anonymat relatif.

Une atteinte morale pour la ville de Bergame ?

Les tifosi de l’Atalanta sont en effet les premiers déçus de cette contre-performance sportive mais n’oublions pas que l’Europa League peut être un moyen pour une ville de vibrer derrière son club. En effet, c’est le ressenti de l’an dernier à Bergame lorsque la Dea s’était invitée aux stades des 16èmes de finale de la compétition. L’engouement dans la ville lombarde autour de l’Atalanta est important surtout lorsque celle-ci se déplace à travers l’Europe. En effet, près de 600 tifosi se sont rendus à Copenhague pour soutenir leur équipe en faisant un périple de 1500 km entre Bergame et la capitale danoise. Mais cela n’est rien par rapport aux 6000 tifosi présents au Signal Iduna Park la saison dernière lors des 16èmes de finale aller. Une question peut alors se poser : est-ce que l’engouement autour de la Dea sera aussi important malgré une saison sans Coupe d’Europe ? Réponse dans les prochaines semaines même si le jeu prôné par Gasperini séduira certainement encore tout Bergame ainsi que toute l’Italie.

Un changement de stratégie pour le clan Percassi ?

La direction du club lombard comptait évidemment sur une participation en Europa League pour ainsi faire grandir le club. Antonio Percassi avait même dit vouloir bâtir une équipe pour l’Europe lors d’un entretien accordé à la chaîne locale Bergamo TV. L’objectif était également de refaire une partie du stade pour que l’Atalanta puisse jouer ses matches de Coupe d’Europe à domicile. Le clan Percassi avait donc bien prévu le développement du club par l’intermédiaire de la C3 dans l’objectif d’assurer une stabilité à la fois sportive et économique pour le club bergamasque. Néanmoins Gasperini a déclaré « être déçu » de l’engagement du club au niveau du mercato évoquant même un mercato triste. Débuts de frictions entre Gasperini et le clan Percassi ? Apparemment non puisque le fils Luca Percassi a annoncé pas plus tard que la semaine dernière, lors d’un entretien accordé à l’Eco di Bergamo, le nouveau contrat du Mister Gasp allant jusqu’en 2021 avec une année supplémentaire en option. Une preuve que les Percassi compte encore sur leur entraîneur actuel pour mener à bien les futurs défis de la Dea.

Hugo Ledroit



Lire aussi