Quelle place pour Montolivo ?

Par Guedid Mohamed publié le 20 Août 2015
Crédits

 Montolivo-news

Une lente descente aux enfers

Arrivé en 2012 après un long bras de fer avec la Fiorentina, la première année de Montolivo au Milan fut on ne peut plus satisfaisante. Une saison de haut niveau et un comportement exemplaire qui l’ont propulsé capitaine suite au départ d’Ambrosini. Avec le recul, force est de constater que cette décision était précipitée tant les bonnes performances et surtout le nombre de matchs par saison sont en constante baisse. Dès l’exercice suivant, ses prestations baissent d’un ton. « Forcément, il avait sans doute mis la barre trop haut » se rassure-t-on naïvement. Raté. Pendant la préparation du Mondial, il se blesse gravement contre l’Irlande et doit dire adieu à la compétition à l’orée de la forêt amazonienne et du premier match contre l’Angleterre. Et depuis, à cause notamment des rechutes, il ne compte que dix malheureuses apparitions en Serie A. Une accumulation de mauvaises performances sans le moindre relief statistique puisqu’il n’a ni marqué ni été l’auteur d’une passe décisive !

En se rapprochant dans le temps, on se rend compte que la situation n’a pas évolué avec l’arrivée de Siniša Mihajlović qui applique la méritocratie de sang froid, sans hésiter à mettre son capitaine sur le banc et à octroyer le brassard à Nigel de Jong. Les tifosi se divisent alors en deux parties, il y a le fan club Ricky d’un côté et il y a ceux qui disent que l’Italo-Allemand n’a ni l’étoffe ni le talent (sic) pour diriger l’équipe. Un débat d’ordre philosophique…

La concurrence est rude, mais pas impossible à surmonter

Remettons d’abord les choses dans leur contexte. Ayant subi une opération en mai dernier, Montolivo n’est pas à 100%, ou du moins n’a pas encore retrouvé la condition nécessaire pour enchaîner les matchs. Normal après une si longue absence nous direz-vous. Sauf que pendant ce temps, le nouveau milieu de terrain rossonero est en train de prendre forme et pour le premier match officiel en coupe contre Perugia, Mihajlović a aligné de Jong avec Bonaventura et Bertolacci à ses côtés, Honda faisant le trequartista. A la fin de la rencontre le coach serbe a tenu des propos à la fois crus et encourageants envers le natif de Caravaggio : « Pourquoi Montolivo ne joue pas ? Et bien parce que de Jong est bien meilleur en ce moment. Peut-être que dans un mois Montolivo sera meilleur et à ce moment-là il jouera. Je ne fais jouer que ceux qui le méritent. » Ça a le mérite d’être limpide.

Montolivo a beau être le meilleur passeur de l’équipe, impossible d’imaginer de Jong sur le banc, tandis que Bertolacci, Bonaventura et même Poli lui passent pour l’instant devant au poste de Mezz’ala. Mais attention : le capitaine n’est pas juste un bon passeur, il sait aussi très bien défendre dans sa zone comme il l’a prouvé par le passé, un autre style de jeu en gros. Il y a donc encore possibilité pour Montolivo de briguer une place au milieu, mais non sans efforts ! Alors que le mercato bat son plein et que Witsel ou encore Soriano sont annoncés pour renforcer l’entre-jeu, il devient légitime de s’interroger sur la permanence de Montolivo au Milan mais s’il reste, le club rossonero va se retrouver avec un problème de riche. Une concurrence certainement bénéfique pour le club.

Guedid Mohamed

Rédacteur Milan



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.