Quelle défense pour l’Inter ?

Par Giuliano Depasquale publié le 02 Août 2016
Crédits

miranda murillo

À vingt jours du coup d’envoi de sa saison, l’Inter est encore loin d’être prête tactiquement et cela vaut surtout pour la défense. Jusqu’ici, Roberto Mancini a dû se séparer d’Alex Telles, dont les performances ont été très loin de celles escomptées et de Juan Jesus, qui manquera certainement plus que son compatriote vu son importance en tant que remplaçant. Car, s’il ne faisait aucun doute que ce dernier n’avait plus sa place en tant que titulaire, force est de constater que sa polyvalence et son physique ont permis à de nombreuses reprises d’alléger le travail d’Handanovic. À noter que Santon ne fait plus partie des plans, étant toujours à la recherche d’un club après son transfert annulé au Napoli pour cause de genou trop fragile.

Au niveau des retours, les Nerazzurri peuvent de nouveau compter sur Ranocchia et Dodo’, même si le Brésilien devrait certainement trouver une autre équipe d’ici la fin de l’été (la Sampdoria ou la Roma sont à la porte). Revenu sur la pointe des pieds après sa pauvre aventure du côté de la Sampdoria, l’ancien capitaine de l’Inter ne parvient pas à retrouver son niveau d’antan, même lorsqu’il s’agit de matchs amicaux. En duo avec Miranda, le temps que Murillo se remette en jambes, Ranocchia montre toujours de grandes lacunes, que ce soit dans la coordination avec ses équipiers ou dans sa couverture défensive trop lente. De son côté, Miranda n’est pas non plus exempt de tout reproche au vu de ses performances estivales. Néanmoins, comme chaque année, les matchs de préparation de l’Inter sont à prendre avec des pincettes, vu le peu d’intérêt que les joueurs y portent.

Un choix bilatéral

Si la paire centrale sera sans aucun doute Miranda-Murillo, la question est plus ouverte concernant les latéraux. Erkin est paru très limité défensivement, mais, fidèle à sa réputation, il est parvenu à tenir la route offensivement, portant le ballon vers l’avant et réussissant la plupart de ses centres, ce qui faisait cruellement défaut l’année passée dans la défense interiste. L’analyse de Nagatomo et Ansaldi est plus délicate, vu qu’ils ont joué en tant que milieux latéraux dans le 4-4-2 testé par Mancini en Amérique. Le petit nouveau n’a joué qu’un seul vrai match, celui perdu contre le Bayern (4-1), et n’a pas vraiment brillé à ce poste, tandis que le Japonais s’est voulu plus dynamique et plus impliqué sur les phases offensives.

Ne reste plus que D’Ambrosio, qui reste le meilleur choix sur le côté droit de la défense. Bon en deuxième partie de saison, il a prouvé plusieurs fois qu’on pouvait compter sur lui aussi bien sur la droite que sur la gauche. De plus, il est capable de pallier une absence en défense centrale. Un renfort central supplémentaire ne serait donc pas de refus, sans quoi l’Inter se verrait limité à ce niveau. La charnière centrale est toute choisie, Mancini n’a plus qu’à trancher pour les latéraux. En espérant pour les Interisti qu’il se décide avant la fin de la saison…




🔥 Les sujets chauds du jour :

Un international danois dans le viseur de la Juventus

La Juventus pousse pour Jean-Clair Todibo

Alvaro Morata au Milan AC, ça se précise

Un cador italien sur la piste de Karim Adeyemi

Denzel Dumfries sur le point de renouveler à l’Inter Milan

Avatar

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Derniers articles