Quel est vraiment le rôle de Zanetti, vice-président de l’Inter ?

Irréprochable à l’époque où il donnait tout sur les terrains, Javier Zanetti est, depuis sa retraite sportive en 2014, le vice-président de l’Inter avec des fonctions qui font discuter. Ceci était particulièrement vrai lorsque l’équipe enchaînait les contre-performances sans grande motivation et que les tifosi s’attendaient à une réaction directe de leur bandiera envers les joueurs. Mais donc, que fait vraiment Javier Zanetti ?

Par Giuliano Depasquale publié le 11 Mai 2018

On pourrait passer toute une journée à louer les performances de Javier Zanetti en tant que joueur et capitaine. Toujours prêt à tout donner, n’hésitant pas à remonter les troupes avec Cambiasso, qui était tout comme un co-capitaine, on ne pouvait jamais rien reprocher à Pupi. Seulement, bientôt quatre ans après sa retraite sportive, le rôle de la légende interiste au sein du club pose question. Officiellement, il est vice-président de l’Inter, juste en-dessous d’Erick Thohir qui est bien toujours là en tant que président. Soit le deuxième poste le plus important du club, dans l’organigramme. Et qui dit deuxième poste le plus important du club, dit forcément des responsabilités qui vont avec. Nombreux étaient les tifosi, la saison dernière, à se demander ce que faisait Zanetti. Pourquoi n’allait-il pas dans le vestiaire revêtir sa casquette de capitaine juste le temps de cinq minutes pour remotiver les gars, au lieu de se contenter de sourire à la caméra et de sortir des phrases bateau comme si tout allait bien ? Peut-être l’a-t-il fait. Dans tous les cas, cela n’a jamais été son genre de pousser une gueulante, d’où l’importance de Cambiasso et même de Cordoba à l’époque. Quoi qu’il en soit, la responsabilité sportive du vice-président n’était pas visible.

Vice-président, un titre honorifique

Ne soyons pas dupes. Le poste de Zanetti n’est en rien égal à celui qu’il avait dans le vestiaire. Il ne décide de rien, il n’a aucun pouvoir sur qui que ce soit, il ne doit rien gérer. Pour preuve, il est absent du conseil d’administration, malgré son titre. À l’Inter, Pupi n’est plus qu’une mascotte à qui on a attribué un titre honorifique. Sans doute l’envie du club était surtout de se démarquer du Milan et du traitement offert à Maldini, même si l’histoire entre le joueur, le club et les supporters est bien différente. Bref, Zanetti ne serait qu’un représentant de l’Inter dans des événements : une fois présent à l’anniversaire d’un partenaire du club, une autre fois à la présentation d’une action caritative, ou, plus récemment, au musée du Grand Torino à l’occasion de l’anniversaire de la tragédie de Superga. L’éternel capitaine des Nerazzurri est donc partout où il faut promouvoir une action ou un événement du club. Ses fonctions sont louables, mais il n’en reste pas moins regrettable de le voir dans un poste peu utile à la saison sportive. Et à l’heure où Suning fait en sorte de rendre l’Inter omniprésent sur le marché mondial, il serait justement intéressant de compter une personne aussi iconique et avec autant d’expérience que Zanetti pour aider à gérer l’aspect sportif, dont l’évolution devrait aller de pair avec la gestion marketing.

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.