Quel avenir sur le banc du Torino ?

Par Valentin Feuillette publié le 21 Mai 2020

Ça bouge encore au Torino et la crise n’est pas terminée ! Qui aurait cru il y a un an que les Granata se trouveraient dans cette spirale infernale après de belles promesses affichées sous Mazzarri ? Aujourd’hui les objectifs ne sont plus les mêmes et le futur de l’équipe s’écrit en pointillés. Analysons ce bazar interne dans le Piémont.

Zoom sur une situation bien complexe

Resté à quai en Europa League après l’élimination au dernier tour des barrages face à Wolverhampton, le Torino aurait pu utiliser cet échec comme une source de motivation pour se battre à nouveau pour un ticket européen cette saison. Malheureusement, tout ne s’est pas déroulé comme prévu : malgré un énorme Andrea Belotti et un Salvatore Sirigu en sauveur éternel, la fatigue physique et mentale a rapidement envahi le groupe grenat au point de le faire basculer dans une crise importante à partir de la mi-décembre. Les ingrédients qui faisaient la force du Torino l’an passé sont toujours portés disparus aujourd’hui : un trio défensif friable (malgré un Izzo parfois valeureux), un bloc du milieu inefficace et un Belotti trop seul dans le secteur offensif. La recette de Walter Mazzarri réputée pour être laide mais diaboliquement efficace ne l’était plus, ce qui a forcé le président Urbano Cairo à mettre fin d’un commun accord à l’aventure avec lui le 4 février dernier.

Moreno Longo, simple intérimaire ?

Afin de relancer l’équipe avec l’espoir de rester en Serie A (oui, les Granata ne sont qu’à deux points de la zone rouge), le successeur attitré se nomme Moreno Longo : ancien entraîneur de Frosinone et ancien joueur du Torino formé au club. Le président Cairo a donc misé sur l’identité Granata pour réconcilier l’équipe avec ses tifosi dans l’espoir de se sauver. Néanmoins, difficile de parler de succès pour le moment puisque avant l’arrêt officiel de la saison, Longo comptait trois défaites en trois matchs avec six buts encaissés sur le banc du Torino. Et le plus inquiétant vient de l’impression visuelle : aucune amélioration dans le jeu ou dans le collectif. Alors certes, ce n’est probablement pas dû à une incompétence de Moreno Longo qui vient seulement d’arriver mais force est de constater qu’il n’y a pas eu de mini-révolution. Il faut donc poser la question qui fâche sur son avenir dans le projet : vrai successeur ou simple intérimaire pour colmater les brèches ?

Plusieurs candidats dans la course

Durant cette longue pause, Urbano Cairo n’a pas chômé : il y a eu du mouvement dans les bureaux du Torino avec l’arrivée de l’ancien directeur sportif de la Spal Davide Vagnati qui vient remplacer Massimo Bava (après seulement une année dans ce rôle). Ce dernier reste néanmoins présent dans l’organigramme du Torino en tant que responsable des jeunes et du secteur de la Primavera. Dans ses valises, Vagnati amène son bras droit Gianmario Specchia comme coordinateur et conseiller. Une refondation complète de la hiérarchie est encore attendue et le Torino pourrait bien entamer un nouveau projet cet été.

Les rumeurs ne cessent d’exploser dans le Piémont et la liste pour le poste de coach s’allonge jour après jour. Parmi les potentiels candidats, on peut noter les noms de Roberto D’Aversa, Rolando Maran, Leonardo Semplici, Marco Giampolo et Stefano Pioli. Avec l’arrivée de Vagnati (sept saisons à la Spal), le favori serait d’après les derniers bruits de couloirs Semplici qui entraîne la Spal depuis 2014 et qui connait donc parfaitement le nouveau DS du Torino. Beaucoup de dossiers chauds s’ouvrent dans les bureaux des Granata et une chose est certaine : ce n’est que le début d’un tourbillon de mouvements.

Valentin Feuillette



Lire aussi