Quel avenir pour Bakayoko au Milan AC ?

Par Killian Picaud publié le 12 Mai 2019

Entre contre-performances individuelles et relations conflictuelles avec l’entraîneur, le destin de Tiémoué Bakayoko au Milan AC devient de plus en plus obscur. Si la levée de son option d’achat était actée d’avance il y a quelques semaines, il pourrait en être autrement d’ici la fin de la saison. De valeur sûre de l’équipe il y a peu, le milieu français est devenu une vraie interrogation pour les dirigeants du club.

Un joueur qui fait moins l’unanimité au sein du club

Tout se passait bien pour Bakayoko en ce début d’année 2019. L’ancien monégasque s’était totalement retrouvé sous le maillot du Milan. Il a enchaîné les très bonnes performances en championnat, devenant titulaire indiscutable et jouant un rôle crucial dans la lutte pour la qualification du Milan en Champions League. Mais les choses ont changé depuis. Son évitable chambrage envers la Lazio en brandissant le maillot d’Acerbi a été plutôt mal accueilli par la direction du club ainsi que par son entraîneur. Un premier faux pas du Français qui a du s’excuser d’abord face aux médias puis directement vers le joueurs lors de la rencontre Milan-Lazio qui a suivi, en Coppa Italia.

Le deuxième accrochage date du 6 mai dernier lors de la rencontre de championnat Milan-Bologne. Suite à un vif échange avec son entraîneur, lors duquel certaines insultes ont été dégainées, Bakayoko refuse d’entrer en jeu pour remplacer Lucas Biglia, sorti sur blessure. Une altercation qui n’a pas laissé Gattuso indifférent, à en croire la colère dont il a fait part le lendemain en conférence de presse. Le joueur donne sa version des faits sur les réseaux sociaux, prétendant que l’entraîneur l’a envoyé s’échauffer mais a ensuite décidé de le laisser sur le banc en fin de compte. Une incompréhension totale entre les deux protagonistes qui pourraient être le symptôme d’une relation devenue plutôt tendue. Néanmoins, l’entraîneur milanais a annoncé que les choses ont été mises au claire avec le joueur ce vendredi, ce qui explique la titularisation de ce dernier face à la Fiorentina.

Partira, partira pas ?

Au vue de ces dernières semaines, le dossier Bakayoko ne plaide pas en la faveur du joueur. Au delà du cas individuel strictement sportif et relationnel qui pose certains problèmes, il est aussi question pour les dirigeants d’activer ou non une option d’achat s’élevant à 35 millions d’euros. Une somme conséquente pour un milieu défensif, d’autant plus élevée compte tenu des garanties financières que le club doit présenter auprès de l’UEFA dans le cadre Financial Fair-Play qui va quelques peu inciter le club à être moins dépensier lors du prochain mercato. Chose qui va impliquer à faire des choix, entre garder une marge pour recruter des nouveaux joueurs pouvant faire évoluer l’équipe ou alors réduire considérablement cette marge dans le but de garder un joueur qui a montré de bonnes choses mais pas suffisamment pour prétendre être une valeur sûre de l’équipe, d’autant plus à un poste où des alternatives à des prix plus raisonnables sont fréquentes.

À partir de là, on peut considérer que les chances de Bakayoko pour rester à Milan restent minces, d’autant plus qu’il ne sera gardé seulement si le club parvient à se qualifier pour la Champions League (en raison encore de restrictions budgétaires), chose qui est encore loin d’être acquise actuellement. Pour le joueur, il serait plutôt préférable de rester à Milan, dans la mesure où il a totalement retrouvé son football avec cette équipe, après une saison blanche à Chelsea, club où il n’a su trouvé sa place la saison passée et qu’il ne trouvera certainement jamais au vue de la concurrence à son poste. Si le Français tient à sa place parmi les rouges et noirs, il devra se montrer très convaincant lors des deux derniers matchs de championnat, tous deux décisifs pour le futur proche du club, afin de prouver qu’il est indispensable pour son équipe aujourd’hui, mais aussi à l’avenir.

Killian Picaud



Lire aussi