Quand le Napoli remportait sa première Coppa Italia… en Serie B !

Par Nicolas Soldano publié le 29 Jan 2020

Il y a une semaine, le Napoli s’est qualifié pour le dernier carré de la Coppa Italia en disposant de la Lazio. Une performance faisant l’effet d’un grand bol d’air pour des Napolitains en recherche de certitudes. La coupe d’Italie n’a plus été remportée par le Napoli depuis 2014, une compétition qui noue une relation si particulière avec le club partenopeo. En effet, la Coppa représente le premier titre de l’histoire du Napoli, le dernier en date (si l’on excepte la supercoppa de 2015), et elle permet également aux azzurri d’être un des rares clubs de la botte à avoir réussi le doublé coupe-championnat. A noter qu’il est le sixième club le plus titré d’Italie dans cet exercice. Replongeons nous maintenant à l’époque du tout premier sacre du Napoli dans cette compétition, en 1962.

Le Napoli du début des années 60

Au début des années 1960, le Napoli n’est pas en super forme sportivement parlant. Lors de la saison 1960-1961, le club est relégué après une saison catastrophique. Fait assez singulier, les trois équipes rétrogradées cette année là faisaient partie des historiques du football italien : le Napoli, la Lazio et Bari. La descente a un premier impact : la vente de joueurs talentueux. On pense notamment au départ de Del Vecchio, mais surtout aux départs du milieu Celso Posio et du gardien Ottavio Bugatti, joueurs historiques du club arrivées au début des années 50 (Un choix plutôt payant puisque Del Vecchio et Bugatti remporteront l’ancêtre de la Champions League un an et deux ans après leur départ avec respectivement le Milan AC et l’Inter). Le Napoli doit donc se reconstruire et essaye de se renforcer avec des joueurs abordables. Parmi les arrivées du début de saison, le milieu de terrain italien Pierluigi Ronzon, qui restera plus de six ans au club, se fera particulièrement remarquer pour ses performances. Le début de saison 1961-1962 en Serie B est un peu poussif et l’ancienne gloire du grande Torino Fioravante Baldi, le nouvel entraîneur, n’arrive pas à trouver la bonne formule. Il se fait rapidement débarquer et c’est la vecchia gloria (« la vielle gloire ») Bruno Pesaola, ancien attaquant mythique du club dans les années cinquante qui vient le remplacer sur le banc. Et la suite appartient à l’histoire puisqu’en plus de remporter la première Coppa de l’histoire du club, il réussira à faire remonter directement le club en Serie A à la fin de la saison.

L’équipe napolitaine lors de la saison 1960-1961

La Coppa cette année là

La Coppa 1962 (15ème édition) était déjà la deuxième formule de la compétition puisqu’elle avait été abandonnée entre 1944 et 1957. Le tenant du titre était la Fiorentina, qui avait succédé aux deux victoires consécutives de la Juventus, déjà spécialiste de l’exercice. Le système de qualification de l’époque était assez spécial. Un premier tour était réservé uniquement aux équipes de Serie B. Les équipes de Serie A n’arrivaient qu’au deuxième tour, excepté quatre d’entre elles qui allaient directement en huitième de finale et cela par… simple tirage au sort (!). Les favoris désignés pour cette édition étaient la Fiorentina, championne en titre, la Juventus, vainqueur de la Serie A depuis deux saisons, et le Milan AC qui se battait pour les premiers rôles avec la Juve. Au final, même si la vielle dame réussira à se hisser en demi-finale (défaite 4-1 face à la SPAL), c’est la petite équipe de Mantova, à l’époque en première division, qui fera sensation aux côtés du Napoli. Effectivement, l’équipe lombarde réussira à atteindre les demi-finale après deux démonstrations face à Cantanzaro (3-0) et la Fiorentina (4-1). Elle terminera la compétition sur le podium après une dernière victoire contre la Juve lors du match pour la troisième place.

Une victoire historique à bien des égards

Sur la grille de départ du tournoi, le Napoli n’a pas réellement l’ambition d’y faire quelque chose, les deux premiers tours de la coupe sont joués avec une équipe très remaniée et la priorité est laissée au championnat. Et ce que l’on peut dire, c’est que ce sont deux victoires vraiment poussives ! 1 partout d’abord contre l’Alessandria (victoire 6-5 aux tirs au but) puis match nul et vierge contre la Sampdoria (victoire 7-6 aux TAB). Deux séances de penaltys irrespirables qui vont définitivement lancer le Napoli dans la compétition. En huitième de finale, les Partenopei héritent du Torino, équipe en forme de Serie A. L’obstacle s’annonce important puisque le match se disputera à Turin. Sauf qu’à la surprise générale, le match est maîtrisé d’une main de maître par le Napoli qui s’impose 2-0. A partir de ce match commence à se faire ressentir la possibilité d’un exploit chez les tifosi napolitains. En quart de finale, le tirage au sort n’est de nouveau pas clément puisque les Azzurri tombent sur l’AS Roma, encore à l’extérieur. Le match dans la Capitale est âpre et disputé mais un petit but en fin de match permet un nouvel exploit. Le club azzurro évite la Juventus en demi-finale et tombe sur Mantova, qu’il réussira à battre après un nouveau match au cordeau (victoire 2-1). La finale est disputée contre une autre surprise de la compétition : la SPAL. Les deux équipes font jeu égal en première mi-temps, le Napoli ouvre le score par Corelli d’un sublime coup franc mais se fait rapidement rejoindre au score. Puis, en toute fin de match, alors que l’équipe est à la peine et que Corelli vient de manquer un penalty, c’est la nouvelle recrue Monzon qui va sceller la victoire à la 78ème minute d’une superbe frappe croisée. Le Napoli l’a fait. Il remporte la Coppa, le premier titre de son histoire, alors qu’il n’est qu’en Serie B. Une victoire historique puisque c’est le seul club de l’histoire à avoir réussi une telle performance avec le club de Vado, vainqueur de la première édition de la Coppa Italia en 1922. Le début d’une belle histoire entre le Napoli et la coupe d’Italie.

Nicolas Soldano

Rédacteur



Lire aussi