Quand AS Roma rime avec Italie

Par Gilbert Simonutti publié le 23 Jan 2019

Sous l’impulsion de son directeur sportif Monchi et de son entraineur Eusebio Di Francesco, l’AS Roma fait la part belle aux joueurs italiens cette saison. De l’explosion de Zaniolo à la confirmation de Pellegrini, petit tour d’horizon.

Alors que le football italien a touché son point le plus bas il y a 14 mois contre la Suède, le Made in Italy revient doucement à la mode dans les clubs de Serie A. Parmi les 20 équipes de l’élite, le cas le plus emblématique est celui de la Roma qui redécouvre les joies d’avoir des éléments italiens décisifs dans ses rangs. Une volonté du directeur sportif espagnol Monchi qui promet que l’effectif sera encore plus italien à l’avenir.

Un milieu 100 % italien contre le Torino

En couverture de cette Ital-Roma, le visage juvénile de Nicolò Zaniolo qui, à 19 ans, a pris les rênes du jeu à son compte et continue d’épater par sa facilité déconcertante à bruler les étapes les unes après les autres pour le plus grand bonheur des tifosi giallorossi mais aussi celui de Roberto Mancini qui croit énormément en lui.  A ses cotes au milieu de terrain, lors du succès 3-2 contre le Torino samedi dernier, deux autres jeunes produits du Belpaese. Le Romain Lorenzo Pellegrini (22 ans) et l’une des recrues phares du dernier mercato estival, Bryan Cristante (23 ans). Produit maison, Pellegrini s’est imposé dans le rôle de milieu offensif au détriment de Pastore lors du dernier derby avant de céder la place à Zaniolo à la suite d’une blessure musculaire. La rencontre de samedi à cependant montrer que les deux peuvent cohabiter efficacement. Mention spéciale pour Cristante qui a fini par digérer son changement d’univers tout en évoluant vers un poste de milieu défensif où il tire son épingle du jeu depuis fin novembre. De quoi redonner le sourire à Eusebio Di Francesco en attendu le retour du capitaine Daniele De Rossi actuellement aux arrêts forcés.

Un contingent qui pourrait croitre la saison prochaine

Si l’entre-jeu fait la part belle aux joueurs italiens, Stephen El-Shaarawy s’impose comme le meilleur buteur du club (6 buts en seulement 12 rencontres). Son match plein (il est rentré en jeu à la 5eme minute) contre le Torino devrait lui permettre de repousser une concurrence plutôt fournie dans son secteur de jeu. Alessandro Florenzi, quant à lui, accepte de jouer à tous les postes pour le bien de son club de cœur. Un Made in Italy auquel se joignent également Mirante et Santon dans des rôles secondaires et le prometteur latéral gauche Luca Pellegrini. 9 joueurs italiens au total ont déjà porté le maillot giallorosso cette saison et le contingent pourrait augmenter à l’avenir. Monchi est en effet particulièrement intéressé par Gianluca Mancini, défenseur central de l’Atalanta, tout en gardant un œil sur tous les joueurs susceptibles d’améliorer l’effectif giallorosso. Il se murmure même un intérêt pour Andrea Belotti en cas de départ de Dzeko. Une Roma de plus en plus italienne pour le plus grand bonheur de Roberto Mancini qui rêve de voir ses meilleurs éléments évoluer comme titulaire dans les plus grands clubs.

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Lire aussi