Quagliarella : Capo Kaputt ?

Par Michaël Magi publié le 22 Nov 2019

Ce premier tiers de saison n’a pas été éreintant que pour la Sampdoria. A l’image de l’ensemble du club génois, c’est aussi son capitaine, Fabio Quagliarella qui, après avoir réalisé une saison dernière tout feu tout flamme, traine son grand âge sur les pelouses comme un poids mort… Don Fabio est-il en train de faire la saison de trop ?

Des stats pâles comme un linge

11 matchs : un but. C’est le triste bilan comptable de Quagliarella après 12 journées de championnat. A sa décharge, l’attaquant n’est  pas coutumier des débuts de saison en fanfare. L’année dernière, il cumulait 4 buts au même point d’étape, ce qui ne l’avait pas empêché de finir capocannoniere avec 26 pions. Les deux saisons d’avant, c’étaient 7 et 3 buts qu’il présentait respectivement sur sa fiche de stats. Tout espoir n’est donc pas interdit, même s’il faut remonter jusque la saison 2013-2014, alors qu’il portait le maillot bianconero, pour trouver si triste équivalent ; exercice qu’il avait fini… avec cette seule réalisation au compteur… Glaçant !

Pour le moment, le capitaine blucerchiato ne pipe mot dans la presse. Pour faire face à une question qui ne cesse de revenir, telle une vague charriant toujours plus d’écume, ce sont ses coéquipiers qui montent au créneau, à l’instar de Gabbiadini : «Fabio ne joue pas tout seul. Ce n’est pas de sa faute s’il ne marque pas. Cela montre surtout que l’équipe ne joue pas comme il le faudrait. » Ranieri, fidèle à sa ligne de communication toute en rondeur, tempère quant à lui. Ce qui ne l’a pas empêché de mettre le buteur sur le banc après un match désastreux contre Lecce, en invoquant au passage une blessure peut-être « diplomatique » : « Fabio ressent une petite fatigue aux adducteurs qui ne lui permettra pas d’être titulaire (NDLR : contre le SPAL). Au delà de cela, je ne parlerai pas de la crise qu’il traverse. Même si depuis que je suis là, je le trouve rassuré… » Cette pause inhabituelle a-t-elle été fructueuse ? Non. Le match suivant a ressemblé aux précédents.

Un problème collectif ?

Les attaquants sont dépendants du collectif, c’est indéniable. Il serait en ce sens injuste d’évoquer la situation de Quagliarella, sans évoquer aussi les raisons qui l’ont conduit vers le doute. Parmi celles-ci, le passage à trois attaquants sous l’éphémère période Di Francesco a sans aucun doute contribué à lui couper les jambes. Esseulé, privé d’un soutien de proximité, et des brèches que lui procuraient les appels d’un second attaquant, Don Fabio semblait paumé sur le terrain. Le retour au 4-4-2 ne lui a pourtant pas permis de renaître. L’attaquant de 36 ans semble désormais faire son âge. Plus lent qu’à l’accoutumée lorsqu’il s’agit de dézoner, en râde technique, imprécis dans ses relais, il peine également dans le replacement, trop souvent signalé hors-jeu, en particulier sur les deuxièmes ballons. Autre élément qui ne trompe pas : un body language qui trahit un profond dépit, des énervements ostensibles à l’égard de ses coéquipiers, lorsque le ballon lui parvient dans des conditions qu’il juge mauvaises. Comme le notait récemment Ranieri, « le caractère de Quagliarella n’est pas celui du commun des joueurs ». Dans une phase de doute aussi aiguë, il n’est pas étonnant qu’il trépigne, que les ballons lui semblent toujours trop haut, trop bas, trop profond, jamais donnés dans le bon tempo. Sans vouloir enfoncer le doigt dans la plaie, ce n’est pas là l’attitude que l’on attend d’un capitaine, surtout en pleine tempête…

De ce fait, l’hypothèse selon laquelle le campanais serait en train de réaliser l’année de trop ne peut pas être totalement écartée. A cet égard, ses 26 buts de l’année dernière constituent peut-être un trompe-l’œil. Ses difficultés  dans la construction, déjà criantes la saison dernière, ne sont pas nouvelles. Rien n’est jamais certain en football, mais le fait qu’il souffre aujourd’hui de la comparaison avec un Bonazzoli valeureux mais limité, est inquiétant. L’âge fait la différence. Ce dimanche, la Samp reçoit l’Udinese, priant sans doute pour que son vieil atout-maître retrouve le chemin du but et d’une jeunesse énigmatique dont il semblait seul avoir le secret.

Michaël Magi



Lire aussi