Pour Laxalt, la marche est-elle trop haute ?

Par Loïc Costet publié le 05 Avr 2019

Recruté l’été dernier par le Milan AC, l’Uruguayen n’a pas le niveau qui était le sien ces dernières années au Genoa. Très convoité après le Mondial russe, le joueur polyvalent avait coûté près de 18 millions au Milan. Une somme importante pour un joueur qui joue peu. Plus qu’un choix tactique, c’est surtout pour faire souffler Rodriguez que Gattuso titularise parfois le natif de Montevideo. D’un naturel si offensif et entreprenant, le latéral gauche est prévisible et timide avec les Rossoneri.

Loin de son meilleur niveau

La saison dernière, sous le maillot du Genoa, il était le joueur à avoir effectué le plus de centres en Serie A. Il y a peu de chance que Diego Laxalt conserve son « titre » cette année. L’Uruguayen est très peu utilisé par Gattuso, et ça n’a rien de surprenant tellement le latéral gauche n’est que l’ombre de lui-même. Mardi, face à l’Udinese (1-1), Laxalt qui déclarait durant l’avant-match que la victoire était « obligatoire », a livré une nouvelle prestation insipide. Titularisé à la place de Rodriguez, il a été très peu entreprenant offensivement… Inquiétant pour celui qui est pourtant connu pour sa polyvalence sur le côté gauche. Sur l’ouverture du score des Milanais, c’est Cutrone qui s’est chargé de délivrer une passe décisive à Piatek d’un excellent centre sur la gauche de la surface. Le genre d’offrande que l’Uruguayen de 26 ans était capable de réaliser l’an dernier. Mais depuis qu’il a rejoint le club lombard, l’homme aux cheveux tressés a perdu son football.

Pourquoi ça ne fonctionne pas ?

Laxalt a-t-il les épaules pour un club comme le Milan ? Tant physiquement que mentalement, les tifosi impatients diront que non. Puisqu’à moins de dix journées de la fin, la latéral ne met pas un pied devant l’autre depuis qu’il est arrivé chez les Rossoneri cet été. Pire, il se prend souvent les pieds dans le tapis et passe plus de temps au sol que dans les bons coups.

Le constat est sévère mais les attentes étaient importantes autour de ce joueur si combatif et surprenant au Genoa, que Gattuso qualifiait de « très fiable » en tout début de saison. Très en vue après ses bonnes prestations lors du Mondial russe, la latéral était dans le viseur de plusieurs équipes. Le choix du Milan semblait, autant pour lui que le club, un choix logique pour un joueur en pleine progression qui connaissait déjà parfaitement la Serie A. Difficile de comprendre ce qui bloque, mais le fait est que Rodriguez peut dormir sur ses deux oreilles. Gattuso ne lui « préfère » l’Uruguayen que lorsque le Suisse semble avoir besoin de souffler. En mars, il n’a joué qu’une seule fois, sur la pelouse du Chievo. En février, Laxalt avait participé à trois rencontres. Mais seulement pour trois petites minutes contre l’Atalanta et l’AS Roma…

Déjà poussé vers la sortie ?

Son transfert a coûté près de 18 millions d’euros aux Milanistes et pour l’instant, l’investissement est un échec. Pour autant, la direction pourrait se montrer patiente avec un joueur qui n’a sans doute pas eu l’opportunité d’enchaîner les matchs pour hausser son niveau de jeu. Et à gauche, Rodriguez a besoin d’une doublure, surtout si les Rossoneri jouent une Coupe d’Europe la saison prochaine. Pour l’instant, le joueur se fait discret et n’évoque que rarement son cas personnel. Il reste « concentré sur l’équipe » et a souvent souligné « les progrès défensifs » de ses coéquipiers et de lui-même.

Autre élément qui joue en faveur du natif de Montevideo : sa polyvalence. Latéral avec la sélection uruguayenne, Laxalt a souvent évolué plus haut sur le terrain lorsque Gattuso a fait appel à lui en fin de match. « Il peut jouer partout sur la gauche. Il a la vélocité pour le faire », assurait l’entraîneur rossonero il y a quelques mois. Un poste de milieu ou d’ailier qu’il occupait déjà avec le Genoa. Laxalt en joker de luxe ? Pourquoi pas, mais pour briller de nouveau, il va tout de même devoir retrouver son niveau. Car pour l’instant, le joker est plutôt bas de gamme.

Loïc Costet



Lire aussi