Porto- AS Roma, trois matches pour se préparer

Par Luca Dangréaux publié le 18 Fév 2019

Imaginons le scénario d’entre-deux-tours parfait pour l’AS Roma : après avoir pris une minuscule option face à Porto, elle enchaîne deux victoires évidentes face à deux équipes de bas de tableau (Bologna ce lundi, Frosinone le 23 février) et marche sur la Lazio dans le Derby della Capitale, seulement quatre petits jours avant le déplacement au Portugal. Les joueurs de Di Francesco arrivent à leur huitième de finale retour gonflés à bloc et se qualifient sans sourciller en quarts de finale de Champions League… Ca c’est dans le meilleur des mondes.

La même équipe, pour le même sérieux ?

Mais on parle ici bel et bien de la Roma, club irrégulier par excellence et avec lequel rien ne se prévoit, si ce n’est le calendrier. Avant d’aller à l’Estádio do Dragão, elle affronte donc le 18e, le 19e Serie A et l’ennemi laziale. Parfait pour se mettre en confiance… ou pas. Eusebio di Francesco, en conférence de presse prévient déjà ses joueurs : « Contre Porto, on a montré qu’on avait un équilibre d’équipe parfait et qu’on savait souffrir ensemble. Ce match doit nous servir de point de départ et pas d’arrivée. Ce comportement, on doit le transposer en championnat et contre Bologna ».

Pour cela, l’entraîneur du club de la Louve ne devrait pas trop toucher à son équipe de départ. Olsen devrait revenir dans les buts et El Shaarawy, s’il est remis de sa légère gêne à la suite d’un coup pris contre les Portugais, accompagnera Zaniolo et Dzeko en attaque. Un onze inchangé pour garder le rythme, c’est logique mais ce sont surtout les onze cerveaux qui feront la différence. L’AS Roma peut et doit battre Bologna après la solide prestation montrée face à Porto, mais en sera-t-elle capable ?

Un derby au meilleur des moments

Une semaine après Bologna arrive Frosinone, cette fois-ci en déplacement mais avec les mêmes interrogations pour les Giallorossi. Seront-ils capables de s’assurer une victoire promise ? Auront-ils le professionnalisme nécessaire pour être aussi efficace que face à Porto ? Parce qu’après ça débutent les choses sérieuses : le Derby della Capitale. Programmé samedi 2 mars, soit quatre jours avant le huitièmes de finale retour, ce match va jouer un rôle primordial pour les coéquipiers de Daniele de Rossi. Comment ne pas voir, en ce calendrier, une opportunité formidable pour eux de se mettre dans le bain ? C’est le match le plus important de la saison avant l’autre match plus important de la saison. L’affiche, l’ambiance, la tension, la pression du public, l’obligation du résultat, l’intensité dans les duels, dans les courses… absolument tout rapproche Lazio-Roma de Porto-Roma.

La seule différence sera le niveau de jeu de l’adversaire. Les Biancocelesti vivent une période compliquée, trébuchent dès que le niveau s’élève (défaite au Genoa, à Séville, à Naples, contre la Juventus, à l’Atalanta et nul contre le Torino et la Sampdoria) et ont un calendrier autrement plus galère avant le derby puisqu’ils se déplacent à Séville dès cette semaine pour le seizièmes de finale retour d’Europa League et reçoivent le Milan AC en Coppa Italia. La Roma n’a perdu aucun des trois derniers derbies joués, raison de plus pour penser que se dessine, sur la route de Porto, une préparation optimale.

Luca Dangréaux



Lire aussi