Pogba, leader malgré lui !

Par Matteo Pogliani publié le 06 Mai 2016

Paul Pogba image

Été 2015. Paul Pogba récupère le maillot numéro 10 de Carlitos Tevez, un maillot au combien important du côté de Turin, imprégné d’un héritage à honorer. Force était de constater d’ailleurs que le prodige devait désormais s’habiller en leader durant cette saison 2015-2016 qui avait vu partir, durant le mercato estival, certains cadres. Et bien, c’est plutôt réussi, malgré lui !

Mieux vaut tard que jamais !

Le numéro 10 dans le dos, Pogba entame la saison de la totale consécration comme on se lève du pied gauche. C’est-à-dire en trébuchant presque à chaque prise de balle. Bref, des débuts ratés comme le reste de l’équipe au moment où on l’on en attendait beaucoup plus de lui après qu’il ait pris le numéro 10. Mais petit à petit, les choses ont changé. Tout doucement, Paul a retrouvé quelques touchés de balle dignes de son talent, quelques fulgurances qui permettent de casser l’équipe adverse en deux. À l’image de son but sensationnel dans le derby, match qui a sonné la charge jusqu’au titre. Le quatrième d’ailleurs pour Pogba. Un joli palmarès déjà pour un joueur encore si jeune.

Depuis, Pogba a pris les choses en main dans l’entrejeu turinois. 10 buts et 16 passes décisives en 47 rencontres, toutes compétitions confondues.  Et ce n’est pas qu’une question de statistiques. La Joya Dybala avait jusque-là allumé l’étincelle de cette longue saison turinoise. Pogba l’a finalement rejoint. Depuis le début de l’année 2016, il se comporte comme un réel meneur sur le terrain. Il fait la différence balle au pied et distribue des passes décisives en veux-tu en voilà. Quelques buts, des dribbles chaloupés et un esprit de gagnant, le tout se mariant parfaitement avec celui de la famille bianconera. Quand on le voit encourager ses troupes, consoler ses partenaires après l’élimination en Champions League, on se dit que, bien qu’il ait mis du temps, Paul est encore en train de grandir et qu’il devient petit à petit, le leader que le club et les supporters voulaient.

L’extra-sportif sous contrôle

Jeune, fort, envié, désiré, autant d’ingrédients susceptibles de mener le bateau sur lequel navigue Paul Pogba à la dérive. Une dérive que beaucoup de joueurs ont pris, malheureusement. En Italie, le meilleur (pire) exemple est surement Balotelli. La réussite, il faut la contrôler. Pour maintenir un tel niveau, il faut être sérieux, avoir un mode de vie impeccable. Et il est vrai que l’international français a la chance d’avoir eu, durant ses années turinoises, de beaux exemples devant lui : Buffon, Pirlo, ou encore Marchisio pour ne citer qu’eux. Pogba s’en inspire, si bien que depuis son arrivée, aucun écart à la Vidal n’a eu lieu. Pogba ne semble pas aimer les sorties nocturnes, et les supporters turinois ne vont pas s’en plaindre. Ils en viennent presque à se demander s’il ne s’embête pas du côté de Turin ce qui pourrait l’inciter à partir. Mais bon, c’est un autre sujet.

Le tout est de souligner qu’il a un mode de vie proche de la perfection, ce qui est indispensable pour un jeune joueur afin qu’il poursuive sa progression. En même temps, lorsqu’on désire devenir le meilleur joueur du monde, c’est le strict minimum. Il se contente de ses petites folies capillaires, ou de ses danses lorsqu’il exulte après ses buts ou ceux de ces partenaires. C’est largement acceptable. Paul est donc dans le juste aussi à ce niveau-là, montrant l’exemple et alignant ses actes et son mode de vie à ses ambitions personnelles. Tant qu’il ne change pas et qu’il n’arrête pas ses petits duels face à Allegri pour toucher la transversale ou pour mettre le maximum de paniers en hommage à Kobe Bryant, il mettra tout le monde d’accord.

Parti pour rester ?

Le Scudetto en poche, une finale de Coppa Italia comme prochain objectif, et déjà la question de la permanence de Pogboom du côté de Vinovo est sur toutes les lèvres : dirigeants, entraîneurs, supporters, tout le monde ne parle que du pactole de 100 millions que représenterait la vente de l’international français. Et cela divise pas mal les tifosi bianconeri. Entre ceux qui ne veulent pas voir le numéro 10 encore vacant, et ceux qui se disent qu’avec cette somme, le mercato pourrait prendre un tout autre visage, les avis divergent à son sujet. En effet, laisser ce maillot symbolique après seulement un an serait un sacré coup dur pour l’équipe, les dirigeants, et les supporters. Et puis, il ne faut pas non plus se cacher : Pogba est un élément essentiel de l’effectif turinois, un joueur qui peut faire la différence à tout moment et qui gravit des échelons saison après saison. Max Allegri non plus ne désire pas se séparer de son jeune prodige, lui qui adore le réprimander à chaque fois pour assurer sa progression. Lui rêve de Champions League, de ballon d’or, d’atteindre le niveau des meilleurs, de devenir une légende. Donc, que faire ? Le vendre ou pas ? Marcelo Lippi a lui tranché en estimant que la conservation de Pogba au sein de l’effectif serait un réel message envoyé à l’Europe entière : la Juve veut aller au bout de la compétition européenne la plus prestigieuse. Ça tombe bien, le joueur et le club ont le même grand objectif.

Matteo Pogliani

Rédacteur



Lire aussi