Pioli en eaux troubles

Par Franckie Tourdre publié le 03 Déc 2015
Crédits

PioliAprès avoir engrangé un seul point sur les cinq derniers matches de championnat, la question mérite évidemment d’être posée tant les dernières prestations des coéquipiers de Klose laissent à désirer, ce qui a poussé Lotito à mettre l’équipe au vert la semaine dernière, en guise de punition. En effet, bien plus que les (mauvais) résultats, c’est la manière avec laquelle ceux-ci ont été enregistrés qui inquiète. Le manque évident d’implication général de l’équipe a sauté aux yeux de bon nombre d’observateurs en ce mois de novembre –historiquement difficile pour la Lazio- et ce n’est pas un hasard si la question de savoir si l’entraineur laziale a encore la main sur son équipe lui a été posée, déjà, en conférence de presse au terme du derby perdu le 8 novembre dernier. Bien que faisant partie d’un groupe peu relevé, l’excellent parcours de l’équipe romaine en Europa League (4 victoires et un nul) de même que la déclaration cette semaine de Cataldi selon laquelle les joueurs sont avec Pioli, ont au moins le mérite de balayer d’un revers de main la possibilité que les joueurs l’aient lâché.

NB: Tous les guides et conseils pour trouver un adoucisseur d’eau c’est en cliquant ici.

Certes, pour les raisons les plus variées il n’entretient pas des relations idylliques avec Keita, Candreva ou Morrison, mais il est assurément loin d’avoir le vestiaire contre lui. De plus, comment oublier l’absence du pilier et stabilisateur de la défense laziale, Stefan De Vrij, disponible à seulement deux reprises cette saison et probablement absent des terrains jusqu’en mai suite à son opération au genou gauche. Un vrai coup dur quand on connait l’influence du défenseur international néerlandais sur les bons résultats de la saison dernière. De même, les longues blessures en début de saison de Parolo, Klose et Biglia –quasiment la colonne vertébrale de l’équipe- n’ont évidemment pas aidé Pioli à coucher sur la feuille de match les noms les plus à même d’obtenir des résultats semblables à ceux de l’année passée. Lotito et Tare sont bien conscients de tous ces éléments et c’est sans doute pour cette raison qu’ils ne prennent pas encore en considération une éviction de leur coach, ni les noms circulant déjà dans la presse transalpine –Lippi, Guidolin, Simone Inzaghi-, six mois seulement après l’avoir prolongé jusqu’en juin 2017. Cependant, une chose est certaine, ils seront très attentifs à l’attitude affichée par les joueurs lors des prochaines rencontres et aux changements tactiques que devrait apporter Pioli dès vendredi, face à la Juventus.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Luciano Spalletti révèle la hiérarchie pour les tireurs de pénalty avec l’Italie

« J’ai hâte d’affronter l’Italie », Alvaro Morata

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Avatar

Franckie Tourdre

Rédacteur Lazio



Derniers articles