Piątek : La malédiction des 9 continue

Par Christophe Mazzier publié le 05 Fév 2020

Alors que ce mercato s’est achevé sur les chapeaux de roue. Il est temps pour nous de respirer et de méditer sur les mouvements qui ont été effectués. L’un de ceux qui nous a le plus surpris est celui du « Pistolero », Krzysztof Piątek. Vendu à l’Hertha Berlin pour plus de 27 millions plus des primes en option, son ascension et son déclin ont été tout aussi rapides. En voici la genèse.

UNE ASCENSION FULGURANTE

Le natif de Dzierżoniów en Pologne avait rejoint le Genoa lors de l’intersaison 2018-2019. Le joueur alors âgé de 23 ans explose littéralement lors de ses six premiers mois en dehors de ses terres. Il va inscrire la bagatelle de 19 buts (13 en Serie A et 6 en Coppa) pour 21 matchs joués. Très vite la presse lui adjoindra le surnom de « Pistolero » en référence à ses manifestations de joies suite à ses buts inscrits. Avec son compère d’attaque, Kouamé, le duo réalise des prestations de haute volée.

Révélation de ce début de saison (malgré deux mois de disettes entre octobre et novembre), tout le monde veut le buteur. On parlait d’un intérêt du Real Madrid. A Milan, après l’échec d’Higuain, il fallait un nouveau coup de maître du Directeur Sportif Leonardo pour redorer le blason d’un Milan AC englué dans les méandres de ses fantômes passés. Ainsi le Brésilien va réaliser un doublé mémorable lors de ce mercato d’hiver. Il va arracher à la concurrence le jeune espoir brésilien Paqueta pour 35 M€ et jeter son dévolu sur la pépite polonaise pour 35 M€ plus des bonus qui peuvent monter le prix du transfert à 40M€.

HÉRITAGE DE LEONARDO

Arrivé au Genoa en provenance de Cracovie pour 4,5 M€, le joueur de 23 ans était coté, alors, autour du million d’euros. Six mois après, l’usine à cache du président Preziosi n’en attendait pas tant. Le Milan AC et Gazidis vont débloquer les fonds nécessaires au transfert du joueur en acceptant l’ensemble des conditions du DG genoano Perinetti. Un contrat de 4 ans et demi attend le polonais à 2 M€ à l’année.

Lors de ce transfert, des voix se sont élevées et ont commencé à s’interroger sur le phénomène. Le prix n’est-il pas trop élevé pour un joueur qui vient de découvrir le haut niveau ? Son jeu n’était-il pas trop dépendant des caviars et mouvements de Kouamé ? Sa technique trop frustre pour un tel club ?

Les premiers six mois de la saison de Piątek au Milan AC sont assez encourageants. Gattuso l’aligne avec continuité et il réalise 9 buts en 18 matchs de championnat. Mais le début de saison 2019-2020 catastrophique des Rossoneri va mettre au piloris certains joueurs et va participer à une grande revue d’effectif de la nouvelle direction milanaise. Ces symboles d’une gestion passée diaphane ne sont plus en odeur de sainteté. Exit les Rodriguez, Suso, Borini, Reina, Silva…

SYMBOLE D’UNE HYSTÉRIE MERCANTILE

Piątek aura fait un an et puis s’en va. La malédiction du numéro 9 au Milan AC a de nouveau frappé. Ses prestations de ce début de saison auront été insipides, sans relief, sans dynamisme. Privé très souvent de ballon, il participe peu au jeu. Critiqué par la presse, le joueur polonais traîne sa carcasse sur les terrains, les attentes sont trop élevées pour un buteur qu’on souhaiterait voir plus mobile.

Ainsi, même en interne, le scepticisme semble avoir pris le pas. Un an après avoir été arraché au Genoa pour une somme colossale, Leonardo n’est plus au club. Ibrahimovic est arrivé, et a adoubé Leao. Puis il y a eu cette offre du Herta Berlin, inespérée, qui a battu son record pour un transfert en déboursant 27 M€. Ce montant a permis au Milan AC de ne pas perdre de l’argent car la valeur amortie au 31 décembre 2019 était de 27,2 M€. Engluée dans une stratégie sibylline, la Casa Rossonera n’en espérait pas tant.

La Serie A aujourd’hui ne vibrera plus des tirs du « Pistolero ». Sans doute la Bundesliga saura faire éclore le potentiel entrevu en lui, par intermittence.

Christophe Mazzier



Lire aussi