Petit à petit, Malcuit fait son nid

Par Tristan Pubert publié le 28 Fév 2019

Il est arrivé l’été dernier en provenance de Lille pour la somme de 12 millions d’euros. Et depuis, Kevin Malcuit ne cesse de progresser et de franchir les étapes. Le latéral droit français s’impose peu à peu en tant que titulaire dans ce Napoli comme en témoignent les deux derniers matchs de championnat où il a disputé l’intégralité des rencontres. Une montée en puissance progressive avec une perspective internationale qu’il est nécessaire d’expliquer.

Une progressive montée en puissance

Pour s’imposer dans ce Napoli, Malcuit a du se battre et travailler mais ce n’est pas une surprise pour un joueur avec un état d’esprit de conquérant. En effet, ses débuts en Italie ne sont pas brillants, le latéral de 27 ans va connaître ses premières minutes de jeu seulement le 26 septembre et ce match face à Parma (3-0).

Sur ce flanc droit de la défense napolitaine est déjà installé l’albanais Elseid Hysaj, un titulaire dans cette formation depuis près de quatre ans maintenant. Ce n’est pas un problème pour Malcuit qui continue à travailler, un travail que va récompenser Carlo Ancelotti en lui accordant de plus en plus de temps de jeu. Le tacticien italien s’est voulu patient avec son latéral français, il lui  a laissé le temps de s’adapter à son nouveau club, mais cette adaptation a été en vérité plutôt rapide.

Malcuit grappille du temps de jeu durant lequel ses progrès sont remarquables. Son match face à la Lazio le 20 janvier dernier (2-1) en est l’exemple idéal: Malcuit a été très propre défensivement, toujours concentré et n’hésitant pas à apporter sur les phases offensives avec ses débordements.
Les solides prestations du français ont aussi une influence positive sur le reste de l’équipe notamment sur l’aile droite. Callejon joue beaucoup plus libéré avec le français dans son dos, les deux joueurs se complètent parfaitement. Ancelotti déclarait le 20 octobre dernier: «Malcuit a une grande puissance physique […] il doit encore progresser défensivement mais c’est normal». Nous sommes près de trois mois après les déclarations du tacticien italien et il semble bien que les progrès ont été réalisé, preuve du travail effectué par le français comme il l’a déclaré ce mercredi au micro de DAZN, «Ancelotti m’a fait progresser sur l’aspect défensif».

Malcuit ne cesse de progresser de matchs en matchs, obligeant même Hysaj à se positionner sur le flanc gauche de la défense comme face à Parma le week-end dernier (4-0). Le natif de Chatenay-Malabry semble peu à peu s’imposer dans ce Napoli.

Deschamps doit garder un œil sur Naples

Si il y a bien un secteur où l’Équipe de France n’a pas encore de réelles garanties, c’est bien le poste de latéral droit. L’idée de cette partie n’est pas de décortiquer ce problème mais plutôt d’en voir une opportunité pour Kevin Malcuit. Car tout simplement, Malcuit évolue dans un top club européen et enchaîne depuis plusieurs semaines les solides prestations. Mais est-ce suffisant pour intégrer cette sélection française? En effet lorsque l’on connaît le pragmatisme de Didier Deschamps difficile à dire. Mais si Malcuit continue à être aussi performant jusqu’à la fin de saison, il sera compliqué pour Deschamps de faire l’aveugle.

Si une convocation lors des prochains rassemblements semble difficile à envisager, Malcuit qui n’a encore aucune sélection, doit garder en ligne de mire l’Euro 2020. Âgé de 27 ans, le défenseur napolitain arrive à une période charnière de sa carrière. Malgré les intérêts notamment d’Arsenal, Kevin Malcuit semble déterminé à rester en Italie. Il lui reste moins d’une saison et demie pour convaincre Didier Deschamps de jeter un œil vers Naples. Ensuite, le rectangle vert parlera et il sera très difficile pour le sélectionneur français de ne pas tomber sous son charme.

 

Tristan Pubert

Rédacteur



Lire aussi