Perišić, l’arme à double tranchant de l’Inter

Par Giuliano Depasquale publié le 12 Mar 2017

Cette saison, à l’Inter, les préoccupations ont été nombreuses pour quelques têtes qui ont rejoint l’équipe et dont tout le monde en attendait beaucoup. Entre De Boer, Joao Mario, Banega, Gabigol ou plus récemment Gagliardini, l’attention principale a été absorbée pour quasiment éclipser les joueurs déjà présents, obligés de confirmer leur place. Si D’Ambrosio fait désormais l’unanimité et Kondogbia commence seulement à faire changer d’avis les plus pessimistes, Perišić, lui, a plutôt progressé dans l’ombre. Comparé à l’exercice précédent, le Croate a déjà fait mieux en championnat, grâce à ses neuf buts et six passes décisives, soit deux réalisations et un assist en plus alors qu’il lui reste encore onze matchs à disputer. Son statut de titulaire n’a d’ailleurs jamais été remis en question, même s’il a quelques fois laissé sa place à Eder pour des raisons tactiques.

Ivan le terrible

Si Perišić est le deuxième meilleur buteur de l’Inter, derrière Icardi, ce n’est pas un hasard. L’ailier gauche est très efficace lorsqu’il s’agit d’épauler ses équipiers en contre-attaque. Très rapide, ils sont nombreux à ne pas avoir réussi à le suivre dans ses longues courses jusqu’à la surface de réparation. Et comme si ça ne suffisait pas pour contrarier son adversaire, il en rajoute avec quelques passements de jambes habituels qui se suivent d’une éventuelle feinte de centre (coucou Rüdiger) pour finalement tenter d’envoyer le ballon sur la tête d’un de ses compagnons. Habile de ses deux pieds, comme Candreva sur l’aile opposée, il n’hésite pas à se servir de l’un comme de l’autre, mais avec un rôle un peu plus incisif que l’Italien. Car, si Candreva se limite la plupart du temps à centrer, Perišić cherche plus souvent à atteindre le but avec une frappe croisée ou en repiquant dans l’axe pour mieux armer son tir.

Ivan l’ignorant

Certes, Perišić est indiscutable en attaque, où il se montre toujours plus décisif, mais ses prestations sont un plus mitigées lorsque la tactique choisie par Pioli l’oblige à défendre. Dans l’ensemble, le Croate est tout aussi efficace quand il s’agit de descendre aider dans le couloir gauche, qu’il abandonne à de rares occasions pour évoluer davantage dans l’axe, juste derrière Icardi. À vrai dire, son implication défensive est moins fréquente que Candreva, mais ses descentes fulgurantes sont presque à chaque fois un succès. Cependant, il lui arrive encore trop souvent de perdre des ballons inutilement pour des excès de confiance qui le conduisent à tenter de dribbler quiconque se trouverait sur son passage. On peut aussi citer son anti-jeu lors du match contre l’AS Roma, où il jongle pour amener la balle jusqu’à sa tête et ainsi permettre à Handanovic de la prendre à la main. Le gardien est évidemment tout aussi fautif sur cette action, mais le coup franc dans la surface aurait pu coûter cher. Heureusement pour Perišić, et aussi pour l’Inter, il parvient souvent à rattraper une prestation plus que moyenne en réussissant à se trouver au bon endroit au bon moment et en débloquant la partie. Mais, au final, c’est tout ce qu’on lui demande, non ?

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Lire aussi