Pepe Reina, un intérim à enjeux

Par Loïc Costet publié le 12 Avr 2019

Pour pallier l’absence de Donnarumma, blessé à la cuisse, c’est Pepe Reina qui garde les cages milanaises. L’occasion pour lui de montrer qu’il a encore la carrure d’un numéro 1. D’autant que l’Espagnol est propulsé titulaire à un moment clé, si ce n’est le moment le plus important de la saison. Malgré une bonne prestation face à la Juventus, Reina n’a pu empêcher les Rossoneri de s’incliner samedi. Contre la Lazio, il a l’opportunité de prouver qu’il mériterait de prolonger son contrat d’intérimaire de quelques semaines…

Une doublure de luxe

« Ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’équipe », déclarait Pepe Reina à propos de la blessure de Donnarumma, juste après la rencontre face à l’Udinese (1-1). Mais le gardien espagnol compte bien faire le job : « je vais donner le meilleur et apporter ma contribution à l’équipe ». Sans douter de la sincérité du gardien espagnol, c’est tout de même l’occasion ou jamais pour lui de mettre les gants et de montrer que le « pépé » de 36 ans a des arguments à faire valoir face à son coéquipier de 20 ans. Mais finalement, peu importe ce qui le motive à être performant. L’important, c’est que l’ancien de Naples réponde présent au moment où le Milan semble avoir le plus besoin d’un leader, pour sortir de la crise. Il lui reste au moins un match pour le faire, face à la Lazio, samedi.

C’est peut-être bien pour ce genre de situation que les dirigeants milanais ont recruté l’Espagnol l’été dernier. Si son arrivée laissait d’abord penser qu’il venait remplacer Donnarumma, annoncé partant lors du dernier mercato, Reina était finalement une doublure de luxe, chargée de faire grandir le jeune italien. La hiérarchie avait d’ailleurs été clairement énoncée par Gattuso dès le mois d’août : « Je pense que Donnarumma peut devenir le meilleur gardien du monde, il a juste besoin de regarder et d’apprendre de Reina. » Mais le gardien espagnol n’allait évidemment pas être totalement cantonné à un rôle de grand frère et de remplaçant puisque c’est lui qui allait être aligné en Europa League. Les Rossoneri éliminés dès les poules de la compétition européenne, Reina pouvait tranquillement attendre cet été et d’éventuels mouvements. Mais non, le voici sur le devant de la scène avec un rôle capital à jouer.

Titulaire, mais jusqu’à quand ?

Si la guérison de Donnarumma se passe normalement, le portier italien sera disponible pour le déplacement à Parma, dans un peu plus d’une semaine. Mais jusque-là, et depuis la onzième minute du match entre Milan et l’Udinese, c’est Reina qui garde les cages des Rossoneri. L’Espagnol n’a pas à rougir de ses prestations face à Udine puis face à la Juve, mais il a encaissé trois buts, et Milan n’a pris qu’un point en deux matchs. Décisif sur un superbe ciseau acrobatique de Mandzukic, il permettait tout de même aux siens de rentrer aux vestiaires avec l’avantage d’un petit but inscrit par Piatek. Même si la suite a été plus frustrante pour les Milanais, on a vu l’ancien de Liverpool se comporter en véritable meneur et encourager ses coéquipiers… Avant de prendre les devants pour répondre aux journalistes après la défaite au Juventus Stadium : « On ne méritait pas ça car on a bien joué. L’arbitre a eu tort. » Déçu mais pas abattu, le portier donnait déjà rendez-vous à San Siro pour la réception de la Lazio. Un match crucial pour la course à la quatrième place.

S’il venait à se montrer convaincant, Gattuso pourrait réfléchir à deux fois avant de titulariser directement Donnarumma pour son retour dans le groupe. Pour l’entraîneur milanais, cette période est également l’occasion d’observer le niveau de sa doublure lors de grands rendez-vous. Car dès le prochain mercato, il est évident que les rumeurs autour d’un éventuel départ de Donnarumma vont réapparaître. Et Reina, sous contrat jusqu’en 2021, pourrait potentiellement prétendre à mieux que de l’intérim.

 

Loïc Costet



Lire aussi