Pavoletti-João Pedro: Cagliari a enfin trouvé son duo d’attaque

Par Sébastien Madau publié le 10 Nov 2018

Il a un temps refroidi l’Allianz Stadium samedi dernier en égalisant à la 36e minute (1-1) d’une belle frappe et répondre ainsi à l’ouverture du score du juventino Paulo Dybala après seulement 44 secondes de jeu. Par la suite, Cagliari s’était toutefois incliné (3-1) sur la pelouse du champion d’Italie en titre et actuel leader de la Serie A.

Le joueur de Cagliari João Pedro (26 ans) est donc la bonne surprise de ce début de championnat des Sardes. Après 6 mois de suspension pour un contrôle antidopage positif à l’hydrochlorothiazide -un diurétique pouvant masquer la présence de produits dopants- à deux reprises après les matchs contre Sassuolo et Chievo en février 2018, il n’avait pas tardé à faire parler la poudre dès son retour (1-1 face au Milan AC, le 16 septembre 2018 à la Sardegna Arena). Depuis, le milieu offensif (33 buts en 120 matches depuis son arrivée en Sardaigne en 2014) a récidivé face à Bologne et la Juve et il a multiplié les bonnes prestations sur le terrain (6,46/10 de moyenne dans la Gazzetta dello Sport). De quoi ravir son entraîneur Rolando Maran qui a trouvé en lui une des clés de son animation offensive. Car l’enjeu est clair : le schéma tactique en place (4-3-1-2) demande à ce qu’un joueur soit aligné en duo avec le buteur maison Leonardo Pavoletti (5 buts en 10 matches cette saison) qui vient d’être convoqué par le sélectionneur Roberto Mancini en vue des matches contre le Portugal et les Etats-Unis. A l’intersaison, le nouveau coach avait fait le choix de la continuité en décidant de conserver dans son effectif Marco Sau et Diego Farias, certes buteurs par le passé mais qui peinent depuis quelques saisons à retrouver leur rendement d’antan. Seul l’investissement conséquent (10 millions d’euros) sur le jeune Alberto Cerri (22 ans) avait apporté du neuf chez les Rossoblù. En vain.

Pedro monte d’un cran

Finalement, dans la lutte entre les 3 postulants c’est un quatrième qui a su tirer son épingle du jeu sur le front de l’attaque.
A ce jour, João Pedro vante après 11 journées (8 matches joués) un total de 3 buts et une passe décisive. Soit un but toutes les 202 minutes. Il n’est, dans ces conditions, pas difficile pour Rolando Maran de miser sur le Brésilien pour former le duo attaque avec Leonardo Pavoletti alors que Diego Farias (8), Marco Sau (7 matches) et Alberto Cerri (4) ont encore leur compteur but à…zéro.
Pour ce faire, Rolando Maran a dû transformer le milieu offensif brésilien en second attaquant, et faire remonter en « 10 » le milieu argentin Lucas Castro qui est en train de s’imposer lui aussi dans le onze de départ depuis quelques rencontres.
Pour l’heure, ce dispositif semble payer. Si Cagliari pointe à une modeste 14e place, l’équipe a su creuser l’écart par rapport au premier relégable (+7 points sur Empoli) et n’est distancé du 6e Sassuolo que par 5 points.

80% des buts inscrits

Il est donc naturel que Rolando Maran continue à associer les deux joueurs, espérant les voir scorer le plus souvent possible et ainsi activement contribuer à atteindre au plus tôt l’objectif de la saison qui reste officiellement le maintien. Après 11 journées de championnat, les deux attaquants représentent 80 % des buts inscrits par l’équipe (10) depuis le début de la saison.
D’ailleurs, un risque réel n’est pas à sous-estimer: que l’équipe devienne dépendante du duo Pavoletti – João Pedro et ne sache mettre des alternatives en place en cas d’absence (Leonardo Pavoletti a raté 5 matches de championnat la saison dernière et João Pedro 16). Les saisons en Serie A sont particulièrement longues et les objectifs s’atteignent souvent dans les dernières journées. Afin d’éviter les mauvaises surprises, comme ce fut le cas la saison dernière, le club du président Tommaso Giulini, devra savoir rebondir à la moindre alerte pouvant mettre en péril les équilibres en place.

Sébastien Madau



Lire aussi