Pavoletti-Cragno: le risque de tout perdre

Par Sébastien Madau publié le 12 Nov 2019

Joueurs cadres de l’effectif de Cagliari lors des deux dernières saisons, Leonardo Pavoletti et Alessio Cragno voient de graves blessures les empêcher de participer à la belle aventure de ce début de saison du club sarde, actuellement 3e de Serie A ex-aequo avec la Lazio. Pis, cela pourrait également les éloigner d’une convocation en Nazionale pour l’Euro 2020 alors que le sélectionneur italien Roberto Mancini commençait à faire régulièrement appel à eux.

Pavoletti encore loin du but

Auteur de 11 (2017-2018) et 16 buts (2018-2019), Leonardo Pavoletti devait vivre cette saison comme une consécration alors que le club nourrissait de grandes ambitions et avait fortement recruté au milieu de terrain (Nainggolan, Rog, Nandez) avec des joueurs pouvant l’alimenter en ballons décisifs. Il n’en fut rien. Lors de la première journée, à domicile contre Brescia, son genou cède à la suite d’un duel aérien. Le verdict est sans appel: rupture des ligaments croisés et une absence jusqu’à avril 2020. Considérant le temps de réadaptation nécessaire pour une telle blessure, peut-on considérer que sa saison est terminée? On peut le craindre. Du coup, l’attaquant ne fait pas partie de cette folle épopée sarde. Et le duo d’attaquant proposé actuellement par l’entraîneur Rolando Maran fait ses preuves: Joao Pedro a déjà scoré à six reprises alors que le nouveau venu argentin Giovanni Simeone a fait trembler les filets quatre fois.

En outre, l’absence de Pavoletti des terrains pourrait également avoir des conséquences sur son avenir en azzurro. En effet, ses belles performances et les difficultés du sélectionneur italien Roberto Mancini à figer un duo d’attaquants avaient contribué à lui ouvrir les portes. Plusieurs fois convoqué, Pavoletti a fait son baptême du feu contre le Liechtenstein avec un but à la clé. Sa blessure est venue tout compromettre. Pour couronner le tout, les bombers Immobile (14 buts), Bellotti (7) et Berardi (7) sont en grande forme dans leur club respectif et rendront encore plus difficile la possibilité pour « Pavo » de s’immiscer dans la liste finale.

Cragno contraint à la concurrence

Son gardien de but à Cagliari Alessio Cragno est en train de vivre une situation similaire. A cause d’une blessure contractée cet été lors d’un match amical face à Fenerbahce, le portier sarde se voit éloigné des terrains jusqu’en janvier 2020. Un frein dans sa progression alors qu’il sortait de deux saisons de haut niveau en Serie A et qu’il venait de recevoir le titre honorifique de meilleur gardien du championnat remis par les préparateurs physiques italiens de gardiens. Plusieurs clubs se seraient bien vus le recruter (Sampdoria, Inter et surtout la Roma). Dans un premier temps, les dirigeants de Cagliari n’ont pas souhaité retourner sur le marché des transferts et ont misé sur son numéro 2, Rafael, afin que la hiérarchie se réordonne une fois la blessure résorbée. Mais les hésitations du gardien brésilien ont poussé le club à revoir son jugement et obtenir en prêt de la Roma un vrai numéro 1: Robin Olsen.

Le choix s’est avéré judicieux. L’international suédois est un acteur majeur de l’époustouflant début de saison des Rossoblù. L’équipe est 3e meilleure défense de Serie A et il est le portier ayant réalisé le plus d’arrêt en championnat. Du coup, des questions se posent avec insistance: qui de Olsen ou Cragno gardera les buts de Cagliari à partir de janvier? Rolando Maran osera-t-il chambouler l’organigramme actuel ou choisira-t-il la continuité? De la réponse pourrait dépendre de l’avenir immédiat de Cragno avec la Nazionale.
En effet, jusqu’à sa blessure, même s’il n’avait jamais été aligné sur le terrain, le gardien sarde faisait partie du TOP4 de Roberto Mancini avec Donnarumma, Sirigu et Meret. Si les deux premiers postes semblent réservés à Donnarumma et Sirigu, Cragno avait ses chances pour devenir numéro 3 et participer ainsi à l’Euro 2020.

Que ce soit pour Pavoletti ou Cragno, l’objectif numéro 1 reste le retour sur le terrain. Il faudra alors qu’ils redeviennent aussi performants qu’avant, dans des délais très rapides. Ils en sont capables, au vu de leurs prestations passées.

Sébastien Madau



Lire aussi