Pau Lopez, un pari osé pour remplacer un pari foiré

Par Luca Dangréaux publié le 17 Juil 2019

Le meilleur joueur de la fin de saison dernière à l’AS Roma était Antonio Mirante, gardien remplaçant sans qui la saison 2018/2019 aurait été encore bien plus décevante. Ce constat prouve que ce poste si particulier est toujours en chantier et que l’héritier d’Alisson Becker ne s’est pas encore révéler. Il ne s’appellera pas Mirante, toujours voué à joué un rôle de doublure malgré donc ses prestations XXL en avril et mai dernier. Il ne s’appellera pas Robin Olsen non plus, flop parmi les flops de la saison giallorossa.

23,5 millions d’euros, tout de même

Le Suèdois était arrivé dans le championnat italien gonflé à bloc par une bonne Coupe du monde 2018 et contre une somme de 8,5 millions d’euros. Il n’a jamais été très bon, il n’a jamais été régulier, il a commis trop d’erreurs et devrait quitter le club après une seule saison. Le futur grand gardien de l’AS Roma s’appellera peut-être Pau Lopez : voici pour qui les dirigeants romains ont réalisé leur dernière grosse dépense. Il un des plus prometteurs portiers espagnols du moment. Il arrive du Betis Seville (où il n’a passé, lui-aussi, qu’une seule saison) contre 23,5 millions d’euros, s’est engagé pour cinq ans et a connu sa première sélection en Espagne A l’année dernière lors d’un amical. Il sort d’une saison à l’image de celle de son équipe : flamboyante jusque’à la trêve hivernale, franchement décevante une fois 2019 arrivée.

Sur les images et matches revisionnés, on aperçoit un gardien très fort sur sa ligne et dans ses réflexes. Il arrive vite au sol pour sortir des ballons qu’on imagine déjà au fond des filets. Ses entraîneurs et Luis Enrique en premier sont également élogieux sur la qualité de son jeu aux pieds. Pas le plus important pour un gardien mais utile quand même pour jouer au football. Cela devrait d’ailleurs convenir au nouvel entraîneur du club, Paulo Fonseca, qui promet une AS Roma joueuse.

24 ans mais déjà un drôle de parcours

Pau Lopez est un Catalan né à Gérone et formé à l’Espanyol. Un club qu’il intègre à 13 ans mais qui ne lui déroulera pas le tapis rouge. Pas de contrat professionnel avant la saison de ses 20 ans, un premier passage par l’équipe réserve et enfin le groupe professionnel s’offre à lui en 2014. Puis vient la saison 2016-2017 et un prêt tout à fait étonnant à Tottenham. Il arrive dans la capitale anglaise pour assurer le rôle de gardien numéro… 3. Chose qu’il fait parfaitement puisqu’il ne jouera logiquement aucun match de l’année avec l’équipe professionnelle. A la fin de l’exercice, les Spurs ne lèveront pas l’option d’achat de sept millions d’euros et ne proposeront d’ailleurs jamais plus de 1,5 million pour garder l’Espagnol dans leurs rangs. Drôle de destin pour un jeune homme d’alors 22 ans.

Le passé récent de Pau Lopez incite plus à l’optimisme pour les supporters giallorossi. Il a conclu le dernier exercice avec plus de 15 clean sheets, sa convocation en équipe nationale et son prix de vente traduisent un vrai potentiel. On ne peut pourtant pas parler de valeur-sûre concernant le nouveau numéro 13 de l’AS Roma puisqu’il a été incapable d’enrayer la pénible fin de saison des Verdiblancos. Avec les départs déjà actés de De Rossi, Manolas et El Shaarawy et ceux probables, de Dzeko et Kolarov, un gardien solide, expérimenté et rassurant n’aurait vraiment pas été de trop.

Luca Dangréaux



Lire aussi