Parma, une saison au dessus des attentes

Par Tristan Pubert publié le 01 Fév 2019

Malgré la défaite du week-end dernier face à Spal (2-3) alors que les parmesans menaient 2-0, Parma n’a jamais vraiment déçu cette saison. Si bien que le promu pointe actuellement à la 12ème position, un résultat plus que convenable pour un club en reconstruction après la faillite qu’il a connu en 2015.

Une équipe bien armée

Détrompez-vous, si Parma est bel et bien un promu, l’équipe dispose dans ses rangs de nombreux joueurs connaissant bien la Serie A et le haut niveau. En effet, Inglese, Gervinho, Biabiany, Gobbi, ou encore Kucka sont des joueurs qui ont tous disputé au moins 100 matchs dans l’élite italienne. Bruno Alves est aussi un joueur expérimenté avec plus de 500 matchs en professionnel, de quoi donner du bagage à cette équipe. Cependant, il est vrai que Parma a un effectif comportant peu de jeunes (seulement six joueurs ont moins de 20 ans dans l’effectif actuel) ce qui en fait tout simplement la formation la plus «âgée» de ce championnat. Mais ce manque de juvénilité n’handicape pas vraiment, bien au contraire. Parma mise sur l’expérience de ses joueurs, une qualité essentielle pour le haut niveau.

Ce pragmatisme se ressent directement sur le terrain, dans le style de jeu proposé par cette équipe de Parma. Les gialloblù sont très organisés tactiquement, une équipe prudente procédant en contres. Évoluant dans un 4-3-3, Parma est une équipe capable de subir puis d’exploser à tout moment avec notamment la vitesse de Biabiany et de Gervinho sur les ailes et la facilité technique de Barilla au milieu pour alimenter ses offensives.

L’actuel 12ème de Serie A est une formation avisée, qui sait parfaitement gérer un match, tout ceci grâce à l’expérience de ses joueurs. Néanmoins, Parma dispose aussi de joueurs qui découvrent la Serie A et qui ont tout de suite répondu présents comme le latéral droit Iacoponi, l’une des grandes satisfactions cette saison ce qui apporte en quelque sorte un vent de fraîcheur et d’insouciance.

D’Aversa aux commandes du navire

Arrivé en décembre 2016 alors que l’équipe était en Serie C, le tacticien italien de 43 ans est au cœur du projet et grandit avec ce club. Il a été un des grands acteurs de cette reconstruction de Parma Calcio 1913, et il a tout de suite fait ses preuves en s’imposant comme l’homme de la situation. Car d’Aversa a une vision du football qui lui est propre, celle d’un football basé sur la rigueur défensive et l’exploitation des rares situations offensives. Un jeu beaucoup critiqué par les amoureux du « beau football » mais tellement efficace notamment face aux équipes qui aiment avoir la possession. Le meilleur exemple est le match face à Sassuolo (2-1) où les parmesans ont été dominés toute la rencontre mais l’ont finalement remporté. D’Aversa est un adepte en quelque de ce «Catenaccio 2.0». Il sait comment jouer avec son équipe et sait aussi parfaitement s’adapter à l’adversaire.

Un maintien déjà assuré?

Avant cette 22ème journée, les homme de D’Aversa disposent de 14 longueurs d’avances sur le premier relégable Bologna. Une avance tout de même considérable qui permet à cette formation d’aborder les matchs de manière plus sereine et moins dans l’urgence. Parma est finalement à la place qu’elle mérite, les parmesans ont su prendre des points importants face aux adversaires directs au maintien : Parma a pris 16 points sur 27 possibles face aux huit formations derrière au classement!
Gervinho et ses compagnons peuvent aussi regarder au dessus eux. Même si cela paraît utopique, les places européennes ne sont pas inaccessibles. L’Atalanta, 7ème est à seulement quatre longueurs, autant dire que Parma est plus proche de l’Europe que de la zone de relégation, les chiffres ne mentent pas.

Tristan Pubert

Rédacteur



Lire aussi