Parma serait-elle moins attractive que Dijon?

Par Rémi Falvo publié le 19 Sep 2019

Parma attirerait-elle moins les joueurs de football que Dijon? Une question qui peut sembler stupide, et qui pourtant mérite d’être posée. Et étudiée. car un joueur, formé à Lens, Mounir Chouiar, a refusé le club parmesan pour se rendre en Bourgogne. La question est donc la suivante : pourquoi?

Jeune et ambitieux

Mounir Chouiar a 20 ans. Il est franco-marocain, jeune donc, et plein d’ambition. Il choisit en U20 la nationalité française, avec laquelle il dispute deux matchs amicaux. Avec Lens il fait une saison globalement bonne. Surtout sur la fin, car il a globalement réussi à s’imposer comme membre à part entière de l’effectif de son entraîneur Philippe Montanier, et devient de plus en plus décisif. Il joue des parties qu’on peut sans problème qualifier de « matchs chauds ». Les plays-offs pour la montée en Ligue 1. Au cours desquels, il se met une partie du public Lensois en poche, tant il est convaincant et juste dans le jeu. Résultat des courses, à la fin de la saison, Parma lui fait les yeux doux. Alors connu qu’à Lens, Chouiar a donc pris en notoriété. Et il refuse l’offre du club Emilien. Là, le public sang-et-or jubile, enfin un jeune formé au club qui ne cède pas au chant des sirènes venant d’ici et là! Enfin quelqu’un attaché au club, et reconnaissant envers ceux qui l’ont formé! Si seulement… Quelques semaines plus tard, le joueurs signe à Dijon pour trois millions et demi d’euro. Pour l’attachement au club on repassera. Pour l’ambition aussi? Pas sûr. Beaucoup de paramètres ont pu influencer le choix de Mounir Chouiar.

L’Italie n’attire plus?

Soit l’ailier ne se pense pas à la hauteur pour s’imposer à Parma, et ne veut pas faire banquette et compromettre sa carrière, soit tout bonnement l’aventure Italienne ne l’intéresse pas. Un argument allant plutôt dans le sens de l’hypothèse numéro 1, c’est la concurrence à son poste. Chouiar joue ailier gauche, à Parma il aurait dû batailler avec Gervinho et Karamoh, tandis qu’à Dijon, c’est le pré-retraité Morgan Amalfitano qui joue à son poste. Il n’y a pas photo. Pour l’anecdote, il n’a disputé son premier match que samedi dernier. Voilà une première raison pour laquelle dans cette situation Dijon a plus attiré l’attention de Chouiar que Parma. Parce qu’en terme de prestige, là non plus il n’y a pas de comparaison possible… Parma c’est le club qui a fait rêver toute une génération avec ses épopées Européennes, l’époque de Cannavaro, Crespo, Buffon et tant d’autres… Un club historique donc. Un club qui, à l’heure actuelle, a un budget deux fois supérieur à celui des bourguignons : 85 millions pour les parmesans contre 45 pour les dijonnais. De plus, Chouiar, avec 3,5 millions d’euros est la plus grosse dépense du mercato des hommes de Stéphane Jobard. Parma a quant à elle dépensé 5 millions pour sa plus grosse recrue : Andrea Adorante. Tout ça pour dire, le choix de Mounir Chouiar est certainement basé sur une certaine sécurité qu’il a à rester jouer dans un pays qu’il connait, et sur le fait qu’en Italie, le challenge semblait un peu casse-gueule pour lui. Les deux clubs sont actuellement dans une situation assez semblable, puisque Parma est 15ème et Dijon dernier du classement : il jouera au mieux le ventre mou du classement. Les clubs italiens continuent donc de jeter leur dévolu sur des joueurs étrangers qui n’ont rien prouvé encore dans leur pays formateur, au détriment des centres de formations italiens. Et le pire dans tout ça, c’est que contrairement à il y a quelques années, les joueurs réfléchissent à deux fois avant de signer dans la Botte. Comment ne pas citer l’exemple de Corentin Tolisso, qui n’était pas tranquille à l’idée de vivre à Naples, ville décor de la série « Gomorra »… Parme était une ville pourtant bien pus tranquille…

Rémi Falvo

Rédacteur



Lire aussi