Les notes de la Fiorentina face au Napoli

Par Joachim Houbib publié le 01 Mar 2016
Crédits

Fiorentina

Tatarusanu 6.5 : Suspect dans son placement sur l’égalisation napolitaine, il s’est admirablement repris avec une double parade de très grande classe devant le duo Callejon-Higuain puis en s’interposant face à Insigne en fin de rencontre. De quoi le remettre en confiance pour la suite.

Roncaglia 6.5 : Pas de sautes de concentration, pas d’interventions barbares, Don Facundo fut d’une sobriété inattendue. C’est inhabituel, certes, mais ça lui réussit plutôt bien.

Gonzalo 6 : Peut être encore hanté par les fantômes de White Hart Lane, le capitaine florentin a eu du mal à rentrer dans le vif du sujet. Pas tout à fait serein, un peu en dilettante, il s’est néanmoins bien repris et finit la rencontre dans ses standards habituels.

Astori 6.5 : Sollicité à de nombreuses reprises, il s’est montré fort solide face à l’activité des attaquants napolitains avec quelques interventions providentielles.

Alonso 6 : Désireux d’animer les débats d’entrée, ce bon vieux Marcos a tenté l’expérience mitigée de l’ascenseur émotionnel. De la joie du but aux remords de la boulette et d’une relance foireuse dans l’axe (un modèle du genre) en l’espace de trente secondes. Plutôt rude.

Badelj 6.5 : L’architecte du jeu florentin retrouve peu à peu une condition physique optimale. Et ça se voit. Des ouvertures précises en veut tu en voilà et une orientation du jeu toujours précieuse en font encore une fois l’un des meilleurs florentins ce soir. Remplacé par Ilicic

Vecino 6 : Toujours fidèle au poste, jamais avare d’effort, le jeune uruguayen a fourni une prestation dans la lignée de ce qu’a produit son compère Badelj. Quantità e Qualità. Reste juste à cadrer les frappes lointaines.

Tello 6.5 : Irrésistible durant l’ensemble du premier acte, ses changements de rythme et ses dribbles ont rendu fou le pauvre Ghoulam et il aurait même pu (du ?) ouvrir le score si sa frappe enveloppée n’avait pas fini sa course sur le bas de la transversale. Dommage qu’il n’ait pu tenir ce rythme en seconde période.

Borja Valero 7 : Dans un match d’une telle qualité, Borja Valero ne pouvait se permettre de ne pas apporter son écho. Son positionnement entre les lignes et sa capacité à conserver le ballon ont posé bien des soucis à l’arrière garde azzurra. Le tout avec classe et élégance, bien sur.

Mati Fernandez 6 : Plutôt en vue à Bergame, Mati confirme qu’il retrouve peu à peu la confiance perdue en début de saison. Encore pas mal de déchet dans son jeu mais une disponibilité et une envie qui font plaisir à voir. Remplacé par Bernardeschi

Kalinic 6.5 : Un nouveau combat âpre et disputé pour le bomber croate qui devait faire face à la charnière Koulibaly-Albiol. Précieux dans son jeu dos au but, précis dans ses déviations, moins au moment de conclure, il manque encore ce petit zeste d’efficacité pour franchir un nouveau palier dans ce genre de matchs.

_____________________________________________________________________________

Bernardeschi 5.5 : Une entrée timide avec très peu de ballons touchés et un impact sur le jeu finalement très limité.

Ilicic non noté

Paulo Sousa 6 : Pour ce nouveau grand rendez-vous après la désillusion européenne, le coach portugais avait décidé de faire confiance à Mati et Tello dans un 4-2-3-1 qui a su rivaliser avec l’armada napolitaine. Au final, si la copie rendue est plutôt plaisante, sa Viola ne parvient toujours pas à remporter les grands matchs qui pourraient lui permettre de viser plus haut. Espérons pour ses ouailles qu’il puisse en être autrement la semaine prochaine à l’Olimpico face à la Roma, pour une rencontre tout aussi décisive.

* Le barème est italien



Joachim Houbib

Pigiste



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.