Nicolò Zaniolo, l’explosion romaine

Par Luca Dangréaux publié le 23 Fév 2019

Depuis quelques semaines désormais, tout le monde conseille à Nicolò Zaniolo de garder la tête froide, de rester humble et de continuer de travailler sereinement. Son entraîneur Eusebio di Francesco : « On doit l’aider à garder les pieds sur terre. Il doit continuer à travailler avec humilité, comme il le fait depuis le début de la saison ». Roberto Mancini, son sélectionneur : « On peut le comparer à Pogba, maintenant, il faut se calmer et être patient car lui-aussi connaîtra des passages difficiles ». L’ancien coach du Zénith Saint-Pétersbourg, toujours : « On ne gagnera pas l’Euro grâce à Zaniolo. On ne gagnera pas le Mondial grâce à Zaniolo et même que la Roma ne gagnera rien avec Zaniolo ». Mais le jeune homme est entré dans l’Histoire du club en devenant le plus jeune Giallorosso à inscrire un doublé en Champions League, il est le chouchou de l’Olimpico et l’emballement médiatique est lancé : on parle de lui faire endosser le numéro 10 de l’AS Roma.

Un athlète aux pieds de velours

La première explication à cet emballement est évidente. Sur les dix derniers matches de la Roma, le gaucher de 19 ans a inscrit cinq buts (deux contre Porto, un contre Milan, Torino et Sassuolo) et offert deux passes décisives (sur la pelouse de l’Atalanta). Un bilan qui fait de lui le joueur le plus décisif depuis la fin du mois de décembre. Tantôt aligné en soutien de l’attaquant, tantôt sur un côté, tantôt en pointe quand Dzeko était absent, Nicolò Zaniolo déçoit rarement car il ne se cache jamais et compte encore moins ses efforts. En septembre dernier, lorsqu’Eusebio di Francesco lui offre sa première titularisation professionnelle sur la pelouse du Bernabeu de Madrid (rien que ça), il est le plus entreprenant des Romains.

Sa finesse technique nous fait parfois oublier que le Toscan de naissance est un monstre physique (1m90, 80 kilos). Son capitaine Daniele de Rossi en parle mieux que nous : « Il a une puissance physique incroyable pour un garçon de 19 ans et ce qui lui arrive confirme ce qu’il nous montre entraînements après entraînements ». Sa capacité à répéter les efforts lui permet de se projeter très souvent vers le but adverse. Son but contre Sassuolo appuie parfaitement les mots de De Rossi. Après un premier tir contré (sur lequel il est déjà plus prompt que tout le monde), il se retrouve les fesses à terre mais parvient à contrôler le ballon de son mauvais pied, retrouver deux appuis, pivoter et frapper du pied gauche. Une agilité remarquable pour un garçon de la taille de Zaniolo.

Indispensable, déjà ?

Mais pourquoi se met-il à exploser en ce début d’année 2019 ? Surtout parce que les et opportunités se sont multipliées. Les blessures de Dzeko, Pastore et Ünder, les tâtonnements tactiques de DiFra au milieu de terrain et les méformes (de Kluivert surtout). Et comme expliqué plus haut, sa force consiste à jouer sans se poser de question, avec personnalité, dévouement et partout sur le terrain. Comme expliqué plus haut, l’ancien Interiste a déjà évolué en pointe, est capable de dynamiter un côté (son chef d’œuvre contre Sassuolo) ou de faire parler son physique dans le cœur du jeu. Un profil qui va le rendre rapidement indispensable dans le onze romain. Si ce n’est pas déjà fait.

Luca Dangréaux



Lire aussi